[CLIP] Antonin Appaix est de retour avec le clip de « Flashdance »

Si nous ne devions choisir qu’un seul et unique artiste en ce début 2022 pour faire (re)venir les « good vibes », ne cherchons pas plus loin : le rayon de soleil qui nous manquait n’est autre qu’Antonin Appaix, muni de son tout nouveau clip.

Certains le connaissent depuis 2020, année où Aquaplaning, son premier EP a vu le jour. D’autres le connaissent aux côtés de Juan Wauters, avec qui il forme un duo. Aujourd’hui, Antonin sort Flashdance, un titre pop accompagné par un clip réalisé par Thomas Gerard.

Avec Flashdance, c’est un véritable titre solaire et italo-disco que nous offre le marseillais. Véritable ode au mouvement et à la liberté, le titre est inéluctablement inspiré par le film « Caro Diaro » du réalisateur Nanni Moretti, que l’artiste admire depuis bien des années.

Antonin Appaix nous invite à venir le rejoindre danser au bord de l’eau ou en pleine rue, de jour comme de nuit, afin de s’auto-consoler à la vue du temps morose qui plane sur la ville. Et ce titre nous fait sincèrement chaud au cœur.

[CLIP] Pauline Bisou jongle entre ombre et lumière dans son premier clip, « Soleil Noir »

Pauline a 35 ans et c’est une fille de la Méditerranée, là où le soleil tape (presque) 365 jours par ans. Après être passée par le stylisme, le graphisme et le design, c’est dans l’écriture et la musique que nous retrouvons cette artiste pluridisciplinaire.

Pauline Bisou vient de sortir Soleil Noir, son premier clip oscillant entre ombre et lumière, et entièrement auto-produit grâce à une levée de fond sur Kiss Kiss Bank Bank.

Ce clip, réalisé par Édouard Granero et construit en diptyque, raconte un amour toxique et l’escalade de la violence entre deux individus. C’est un clip qui lie complicité et colère, qui s’inscrit parfaitement bien dans l’air du temps et qui peut (mal)heureusement parler à tout le monde.

Soleil Noir retrace l’histoire « d’un tableau tinté d’ecchymoses« , d’un amour pervers, d’un parcours de résilience. Et ça, Pauline Bisou a su le traduire avec une grande justesse, en apportant tout de même un souffle d’espoir, à travers ses paroles.

[CLIP] Yasmin Pigeon nous dévoile son premier single dans un tourbillon d’envolées lyriques

Née d’une mère brésilienne et d’un père français, ayant grandit entre la France et Londres, le tout porté par une musique alternative, Yasmin Pigeon et sa voix qui se rapproche d’un timbre tout droit tombé du ciel, nous présentent son tout premier single, Possessive.

Si certains ont pu ressentir des frissons en live lors de son passage à La Ballade Masquée de Tourtoise Music mi-janvier, il est désormais possible de ré-écouter en boucle ce premier extrait d’un EP à venir au printemps 2022.

Yasmin Pigeon, c’est une artiste couteau-suisse : autrice – compositrice – interprète – productrice.
Possessive, c’est une chanson qui parle du sentiment de la peur, la peur d’aimer par peur d’être quitté(e), la peur de se perdre dans l’autre.

Portée par une musique jazz et soul, aux envolées lyriques magnifiques, Yasmin accompagne ce titre avec un clip réalisé aux côtés de Clément Cadot. Ils apportent une touche d’onirisme et de mélancolie à un texte des plus intimes, qui ne peut que nous laisser penser qu’une grande artiste est sur le point de prendre le contrôle de la nouvelle scène française.

[CLIP] Lollie Dextrose sortent le clip fait maison de « I Play It Cool »

Ces mecs là n’ont vraiment peur de rien.
Lollie Dextrose, c’est l’histoire d’un duo venu d’ailleurs, composé de Bastien et d’Alex. Ils sont opposés, décalés et décalqués, mais une chose les unis depuis leur longue amitié : la musique.

Ensemble, Bastien et Alex créent une musique qui leur est propre et qui leur ressemble, bien que souvent tout droit sortie des années 80. Mêlant guitares et claviers afin d’harmoniser une musique psyché / groove aux riffs entêtants, Lollie Dextrose est probablement un des duos qui commence tout juste à faire entendre parler de lui (et le meilleur reste à venir).

À la mi-décembre sortait le clip d’I Play It Cool, près de cinq mois après avoir sorti le single sur les plateformes. Mais si le temps d’attente fut aussi long, c’était pour une raison que nous jugeons tout à fait acceptable.

Lollie Dextrose est un duo qui aime se challenger, tant musicalement parlant que pour tout ce qui entoure la musique.
C’est alors munis de leurs plus beaux costumes de brigands, de leurs lunettes de rock stars, d’une caméra en position noir et blanc et d’un brin de créativité, que les Lollie ont décidé de faire ce clip eux-mêmes, « home made » comme on dit dans le jargon, en arpentant les rues de Paris.

Et puisque c’est si bien fait, c’est à contempler sans modération.

[CLIP] JOE ajoute une touche jazzy à « Miroir » d’Ichon

Si le label parisien Cookie Records pouvait jusqu’aujourd’hui se vanter d’avoir une partie de la crème des artistes français de signés chez eux, il peut désormais se féliciter de commencer l’année en beauté avec une toute nouvelle signature (et pas des moindres).

JOE, artiste montpelliéraine oscillant entre jazz et pop vient d’arriver dans la team Cookie, en nous offrant une reprise du titre mythique d’Ichon, Miroir, issu de son album Pour de Vrai.

JOE fait partie des artistes aux voix magnifiquement abîmées voire déchirées, sensibles et d’une authenticité hors pairs. Après s’être construite une fanbase sur les réseaux sociaux et avoir été repérée par son nouveau label, JOE qui compte Ichon parmi ses artistes de référence, se devait de lui rendre « hommage » en réinterprétant son titre.

C’est alors en collaboration avec Théo Pace et Noah Poisson (tous les deux membres du groupe LATER. également signé chez Cookie) que JOE décide de sortir une bonne fois pour toute sa version groovy, jazzy et sensuelle de Miroir, validée par Ichon en personne.

Puisqu’une bonne année ne se souhaite jamais sans musique, JOE sera sur le devant de la scène le 18 février à La Marbrerie et nous chantera peut-être (on l’espère), d’autres titres de Morphée, son premier projet disponible le 11 février.

[ALBUM] Periods agit désormais en solo, et sort l’EP « Ruptures »

Periods, c’est à l’origine un trio de trois sœurs qui ont débarqué sur le devant de la scène en 2019 avec un premier disque, Vocodeur 3000. Désormais, Periods ne représente plus que Dana Colin, accompagnée de ses synthés et de ses boîtes à rythme ; constituant un nouveau cycle, une « rupture » avec un temps révolu.

Ruptures, c’est le titre du désormais projet solo de Periods. Ruptures, c’est sept titres tantôt pop, tantôt rock ; un EP féministe qui prône la liberté dans sa généralité.

Dans cet EP, Dana Colin se donne la liberté de passer d’un trio à un solo, la liberté de crier à l’égalité, la liberté de chanter à gorge déployée, la liberté de parler d’amour et de désamour. En même temps, là est tout le principe de la « rupture » : il faut que ça touche, que ça bouscule, que ça marque.
C’est un disque qui ose du début à la fin, tant dans les influences musicales que dans les textes parfois un peu soudains. D’ailleurs, « son texte est vénère mais tu vas finir par la vénérer ». Periods est passé d’un premier EP festif à un EP plus sombre, à l’image de son autrice-compositrice-interprète.

Periods est devenu un espace créatif où les idées fusent, où on s’autorise tout. Ruptures est un EP qui place Dana Colin en tant qu’artiste et non qu’en tant que « femme dans l’industrie musicale » seulement.
La nouvelle vie de Periods peut commencer.