[ALBUM] Thomas Guerlet sort l’album de la rentrée, « How Strange To Be Anyone ? » (et on l’écoute en boucle)

Thomas Guerlet – qu’on se présente plus – fait partie des artistes qu’il serait normal d’écouter en boucle et avec toujours autant d’admiration quant à sa musique. Le multi-instrumentiste, interprète, compositeur, arrangeur ET producteur français est de retour avec un nouveau bijou.

How Strange To Be Anyone ?, son premier album, est disponible sur toutes les plateformes.

Ce premier disque est un recueil de belles choses. Si Thomas Guerlet s’est vu commencer à Liverpool en faisant une cinquantaine de dates en piano-voix, sa carrière est désormais plus que prometteuse. How Strange To Be Anyone ? est composé de onze titres qui mettent en exergue toutes les facettes et influences du frenchy (qui peuvent nous rappeler King Krule ou encore Serge Gainsbourg), ses souvenirs de voyage de l’autre côté de la Manche et la nostalgie qui en ressort, ses premiers émois et ses doutes.

Porté par une musique aux airs tantôt rock, tantôt jazzy, ce disque est une réelle balade à travers laquelle nous retrouvons un esprit de crooner dans une âme de grand sensible :
tout ce qu’on aime.

Il nous fout les frissons quand on l’écoute.

À seulement 24 ans (presque tout juste), Thomas sait manier cet instrument qu’est la voix avec une grâce remarquable. Si cette dernière un brin tremblotante a su charmer Musicaléomentvotre en 2020, lors d’une première écoute quelque peu innocente, cet album confirme toutes les attentes que nous avons pu avoir depuis cette période : on retrouve dans ce disque des beaux textes, des aigus et des graves gérés à la perfection, une formation musicale qui nous tient en haleine et enfin, une authenticité et une sensibilité hors normes.

Thomas Guerlet nous fera l’honneur de présenter son premier album How Strange To Be Anyone ? le 23 novembre, sur la scène de La Boule Noire. Et nous, on y sera bien évidemment.
Peut-être même en première ligne.

[ALBUM] Après huit ans d’absence, Paolo Nutini est de retour avec un nouvel album, « Last Night In The Bittersweet »

La fin des années 80 donnait naissance à un des artistes les plus prometteurs de sa génération. Et pour preuve, en 2007 sortait These Streets, un premier album qui a su conquérir un public nouveau, permettant même au chanteur italo-écossais d’avoir son moment de gloire dans la mythique émission de Naguy, Taratata. Suivait deux ans plus tard un second album, Sunny Side Up, tout autant acclamé par le public. Le dernier disque en date était Caustic Love, quatrième album le plus vendu au Royaume-Uni en 2014.

Et depuis, plus rien.

En juin de cette année, alors que plusieurs annonces de participations à des festivals venaient nous titiller depuis fin 2021, Paolo Nutini sortait deux nouveaux titres (dont un accompagné d’une live session). Through The Echoes et Lose It signaient bel et bien le retour tant attendu du chanteur, auteur, compositeur. Et puisqu’on n’attendait plus voire pas du tout un retour aussi soudain, l’émotion fut énorme lors de cette sortie.

Comme une nouvelle n’arrive que très rarement seule, il fallut tout enchainer : la sortie d’un troisième titre Shine A Light, puis d’un double single : Petrified In Love et Acid Eyes, sans compter l’annonce d’un quatrième album et de nouveaux concerts – dont un à Paris déjà complet.

Last Night In The Bittersweet, quatrième album studio a vu le jour ce 1er juillet.

Avec cet opus numéro 1 dans les charts devant celui d’Harry Styles, Paolo Nutini a décidé de revenir subtilement : seize nouveaux titres s’ajoutent à sa discographie – ou l’équivalent d’1h12 de musique. Comme à son habitude, le prodige pop / soul / rock à la voix reconnaissable parmi mille n’a pas cessé de s’imposer comme étant le crooner des temps modernes, avec des influences à la Johnny Cash ou encore à la Fleetwood Marc.

Mais ce qu’on retient le plus de cet album, ce qu’on aime à chaque fois chez cet artiste, c’est évidemment la manière dont il parle de ses histoires, dont il fait de ce disque un « journal intime » ; la manière dont la nostalgie et la mélancolie sont chantées, la manière dont les ballades et les riffs de guitare sont amenés.

Last Night In The Bittersweet est encore une fois une preuve que Paolo Nutini est un artiste qui, malgré les années d’absence sait comment revenir humblement, sans artifice mais avec une délicatesse qui ne cessera de sublimer nos oreilles. Si l’industrie musicale avait besoin d’un retour comme celui-ci, il en est tout autant pour toutes les personnes qui avaient besoin d’une dose d’énergie dans leurs vies.

Paolo Nutini sera en concert à La Cigale le 3 octobre 2022.
Last Night In The Bittersweet, disponible depuis le 1er juillet sur toutes les plateformes.

[SINGLE] Thomas Guerlet dévoile « Can’t You See » et nous fout les frissons

Il existe parfois des voix qu’on peut entendre une seule et unique fois, et qui resterons pourtant gravées dans nos esprits. C’est le cas de celle de Thomas Guerlet, artiste parisien né à la fin des 90’s et qui depuis qu’il s’est mis à chanter nous fout les frissons.

A l’occasion de la sortie de son premier album prévu pour la rentrée, Thomas, multi-instrumentiste et crooner en devenir, nous dévoilait fin juin le quatrième extrait de son futur bijou. S’il nous tarde de découvrir How Strange To Be Anyone, en voici un nouvel aperçu. Et encore une fois, il fait l’unanimité ici.

Thomas Guerlet, c’est une voix grave presque écorchée vive sur des mélodies plus douces. Ce sont des inspirations venues de France (Léo Ferré) comme d’Angleterre (King Krule), le tout rassemblées sur un vibrato qui ne nous laisse pas indemne.

Dans Can’t You See, Thomas Guerlet aborde le thème de l’amour et ses dérivés, la passion et l’essoufflement, l’amour fou et ses douleurs. Mélangeant le rythme traditionnel du jazz, le côté frissonnant de la soul et des variations vocales, plus pop et maitrisées à la perfection, il nous est évidemment impossible de ne pas tomber sous le charme de l’artiste, qui a déjà conquis les coeurs de Benjamin Biolay et d’Adrien Gallo.

Vivement la suite.

Thomas Guerlet en concert :
Juillet 2022 : Pete The Monkey
9 septembre 2022 : Festival Volcan de Nuits

[CLIP] Yasmin Pigeon nous dévoile son premier single dans un tourbillon d’envolées lyriques

Née d’une mère brésilienne et d’un père français, ayant grandit entre la France et Londres, le tout porté par une musique alternative, Yasmin Pigeon et sa voix qui se rapproche d’un timbre tout droit tombé du ciel, nous présentent son tout premier single, Possessive.

Si certains ont pu ressentir des frissons en live lors de son passage à La Ballade Masquée de Tourtoise Music mi-janvier, il est désormais possible de ré-écouter en boucle ce premier extrait d’un EP à venir au printemps 2022.

Yasmin Pigeon, c’est une artiste couteau-suisse : autrice – compositrice – interprète – productrice.
Possessive, c’est une chanson qui parle du sentiment de la peur, la peur d’aimer par peur d’être quitté(e), la peur de se perdre dans l’autre.

Portée par une musique jazz et soul, aux envolées lyriques magnifiques, Yasmin accompagne ce titre avec un clip réalisé aux côtés de Clément Cadot. Ils apportent une touche d’onirisme et de mélancolie à un texte des plus intimes, qui ne peut que nous laisser penser qu’une grande artiste est sur le point de prendre le contrôle de la nouvelle scène française.

[ALBUM] Romane, nouvelle prodige de la soul, vient de sortir « I Know », son premier EP

Romane a grandit à Lyon en écoutant la musique de ses parents, passant de Bob Marley à Césaria Evora, puis du hip-hop au r’n’b grâce à ses frères et soeurs. Grâce à ces diverses influences, Romane a su rassembler des voix telles que celles d’Otis Redding ou de Tracy Chapman, pour ensuite se mettre elle-même et seule à la musique.

Portée par la soul depuis toujours, Romane en est peut-être la nouvelle voix, que nous découvrons dès aujourd’hui dans son premier EP, I Know. C‘est un disque de quatre titres portés par une voix singulière, suave et d’une très grande sobriété. C’est sûr, nous venons de découvrir un talent-né, et Dan Black qui a produit cet EP s’en est rendu compte rapidement.

Que ce soit en écrivant des chansons rétro et intenses, ou des chansons plus feel-good et pop, Romane sait mettre tout le monde d’accord pendant les treize minutes d’écoutes de I Know. S’il y a bien un talent à suivre pendant les prochains mois, c’est elle.

[ALBUM] Bernhoft, le crooner norvégien est de retour avec un nouvel album, « Dancing On My Knees »

S’il y a bien un disque dont il fallait absolument parler en ce début de semaine, c’est très probablement celui de Bernhoft, crooner qu’on ne présente plus de retour avec un nouvel album, Dancing On My Knees.

Découvert en 2012 avec le disque Solidarity Breaks qui est un essentiel dans ma collection, Bernhoft avait su marquer les esprits, accompagné par sa célèbre pédale de loop. Cette année, l’artiste emblématique de la scène musicale norvégienne revient avec un album de neuf titres des plus personnels, à travers lesquels il se met complètement à nu devant son public.

Dancing On My Knees, c’est un mélange parfaitement bien calibré entre soul et pop, entre ballades et chansons plus dansantes, de titres qui mettent en avant ses doutes et d’autres qui sont de vrais porteurs d’espoir.

Bernhoft est certainement l’un des artistes les plus accomplis de nos jours : multi-instrumentaliste, auteur et compositeur qui depuis près d’une dizaine d’années reste toujours aussi fidèle à lui-même.
Après avoir fait moult concerts à guichets fermés, Bernhoft revient à Paris sur la scène du Café de la Danse ce 2 novembre, pour nous présenter ce nouveau opus très éclectique (qu’on écoute déjà en boucle depuis sa sortie).

[CLIP] Alewya, en pleine rave dans son nouveau clip

Alors qu’il nous est actuellement impossible de bouger nos corps dans une danse effrontée, Alewya vient mélanger styles et genres musicaux, nous rappelant que malgré tout, nos corps peuvent toujours être en mouvement.

Son nouveau clip, Spirit_X nous plonge dans le monde de la rave.

Alewya se faufile entre les sonorités drum & bass tout en se frayant un chemin à travers des tunnels désaffectés, menant vers un dancefloor caché. Autrement dit, une rave illégale à une époque où danser sans fin est chose impensable. L’artiste londonienne transcende une nouvelle fois les genres en osant mélanger la soul / rnb à des sonorités plus mystiques, nous prouvant une nouvelle qu’elle n’est qu’au début de son ascension.

[ALBUM] Le retour du groove de Busty and The Bass

C’est probablement un des groupes montréalais de soul-jazz préféré de Musicaléomentvotre. Ils sont talentueux et solaires, passionnés et incroyables à voir sur scène, ils te font danser et n’apportent que des good vibes lorsque tu les écoute.

Busty and The Bass sont de retour avec un nouvel EP de quinze minutes, ET Suite, un disque réussit avec brio.

Ce nouveau disque a été enregistré entièrement pendant le confinement et nous offre tout le groove qu’on peut retrouver dans l’afro-soul et le jazz, genres prédominants de Busty and The Bass. Ils équilibrent avec bravoure l’honnêteté émotionnelle et le psychédélisme intergalactique, ce qui fait que ce groupe est adulé par la communauté montréalaise.

Et pour cause !
Quand on prête l’oreille à leur musique, on se sent bien.

ET Suite apporte de la chaleur à nos coeurs, et on a déjà hâte de les retrouver sur scène…

En collaboration avec Camille – La Mission

[ALBUM] Second souffle pour William Serfass (Wassailer)

Ancien membre du groupe Evergreen, William Serfass revient aujourd’hui avec un premier album sous le nom de Wassailer.

Entre délicatesse et brutalité, musique néo folk et urbaine, i, the bastard est un des albums à avoir sous le coude, tant le contenu est fascinant et captivant. Composé d’onze titres, Wassailer n’hésite pas à mettre en avant ses côtés jazzy et urbain, le tout embrassé par une grande sensibilité.

Son premier single Son est sorti en septembre 2020, et il annonçait déjà à quel point la suite ne pouvait qu’être surprenante. Wassailer propose une palette musicale très variée (Foreplay, Trad ou encore Going to the Club), propose des clips à la photographie sublime, le tout afin de créer un cocktail regroupant toutes nos émotions. On en redemande immédiatement.

On le comprendra par la suite en découvrant les autres titres de Wassailer, mais ce dernier est un artiste capable de te faire danser (Settlement), de jouer avec tes sentiments les plus enfouis (242) ou de tout simplement te foutre des frissons dans tout le corps en écoutant une ballade au piano (Song for Elsa).

La voix tremblante mais décidée de Wassailer s’ajoute à des grooves urbains à travers les onze titres, et créent ensemble une nouvelle forme de chanson poétique à l’écriture addictive. Pour preuve, l’album se rejoue en boucle, et ce n’est même pas perturbant.

Disponible sur toutes les plateformes

[ALBUM] Le voyage spatio-temporel de Danielle Grubb

Bienvenus dans un voyage des plus groovy.

Danielle Grubb fait partie de ces artistes aux multiples facettes, acquises depuis son plus jeune âge et qui ont traversé un grand nombre de villes : la banlieue de Plano, Dallas ou encore New York.

Ses diverses influences lui ont permis de concocter un tout nouvel EP de cinq titres, D et sorti le 17 juillet, regroupant funk, rock ou encore la soul. Que demander de plus ?

À travers cet EP, Danielle Grubb fait un joli mélange des bases de la musique avec des pianos classiques, tout en ajoutant une touche de modernité avec des synthés ; le tout pour lancer un appel à l’action et chanter des déclarations d’amour.

Voici quinze minutes de musique, pour apaiser nos oreilles.

56757294_831208497247377_4689662854788284416_n

En collaboration avec Echo Orange Publishing

[CLIP] Are you ready to TRY, Madison McFerrin ?


Après avoir fait une reprise du célèbre Toxic de Britney Spears, et être passée chez Sofar Sounds ou encore A Colors Show, tu peux désormais découvrir le clip de Try.

Tout droit venue de Brooklyn et seulement accompagnée de sa boîte rythmique, Madison McFerrin trouve sa place en tant que Rock Woman parmi les voix féminines de la soul.

Ses merveilleuses (et impressionnantes) prouesses vocales prouvent qu’il n’y a pas besoin d’artifices pour se frayer une place dans le monde de la musique.

Bien qu’elle fasse partie des « Filles de », Madison fait dans la simplicité et peut déjà se vanter de tout avoir pour elle. Le mot d’ordre : une vibe simple mais efficace, et de l’authenticité.

Attention spoiler : c’est encore une artiste dont on va entendre parler.

56757294_831208497247377_4689662854788284416_n
En concert le 17 octobre à Paris (dans le cadre du MaMA Festival et Convention)