[ALBUM] Du groove, du hip-hop et du jazz, signé Alfa Mist

MC, bandleader, pianiste et producteur londonien, cet artiste peut largement s’auto proclamer artiste hors pair, aux multiples casquettes. Après avoir sorti trois albums et un single, Run Outs, le revoici avec un quatrième disque, en continuant d’évoluer dans son univers.

Bring Backs, le nouveau LP d’Alfa Mist, est un bijou.

Les neuf morceaux de Bring Backs font le tour des influences d’Alfa Mist : du groove et du jazz, un brin de hip-hop porté par quelques notes au piano. Si sa musique peut parfois nous faire penser à Yussef Dayes avec qui il a déjà collaboré, au jazz parfait que VON Pourquery nous apporte ou encore à divers grands classiques de la musique jazz, Alfa Mist reste tout de même fidèle à lui-même.

En s’imposant premièrement à Londres comme étant THE talent de la nouvelle scène jazz, Alfa Mist nous prouve désormais qu’il peut également s’étendre au-delà du Brexit, en faisant entendre parler de sa musique à travers les pays et les continents.

En collaboration avec Priscilia – Le Bureau de Sarah

[ALBUM] Le retour du groove de Busty and The Bass

C’est probablement un des groupes montréalais de soul-jazz préféré de Musicaléomentvotre. Ils sont talentueux et solaires, passionnés et incroyables à voir sur scène, ils te font danser et n’apportent que des good vibes lorsque tu les écoute.

Busty and The Bass sont de retour avec un nouvel EP de quinze minutes, ET Suite, un disque réussit avec brio.

Ce nouveau disque a été enregistré entièrement pendant le confinement et nous offre tout le groove qu’on peut retrouver dans l’afro-soul et le jazz, genres prédominants de Busty and The Bass. Ils équilibrent avec bravoure l’honnêteté émotionnelle et le psychédélisme intergalactique, ce qui fait que ce groupe est adulé par la communauté montréalaise.

Et pour cause !
Quand on prête l’oreille à leur musique, on se sent bien.

ET Suite apporte de la chaleur à nos coeurs, et on a déjà hâte de les retrouver sur scène…

En collaboration avec Camille – La Mission

[CLIP] 54 et son clip viennent clore ton année

C’est l’histoire d’une rencontre entre un rappeur (5) et une chanteuse-pianiste-trompettiste (4) qui décident de s’allier à un batteur et beatmaker connu sous le pseudo de Cocodrums.

Il y a deux ans, le duo 54 voit le jour, pour le bonheur de nos oreilles.

À l’aube de l’année 2018, 54 sort son premier album éponyme et entièrement fait maison, alors composé de quatorze titres.
Il peut s’avérer être difficile de classer le duo dans un seul et unique genre musical. En effet, à travers ce premier disque, 5 et 4 touchaient à tout et nous montraient plusieurs de leurs facettes : un mélange entre rap et jazz, en ajoutant une pincée de trap et de cloud, le tout pour faire un arrêt dans le temps et créer 48 minutes de légèreté.

Deux ans plus tard, le duo revient avec deux clips : Respire premièrement, suivi de killu sorti récemment.

Ce dernier single et clip à tout pour plaire : doté d’une prod aux multiples influences comme d’habitude, killu vient apaiser les cœurs en cette fin d’année. C’est un titre léger et aérien à écouter sans modération. L’arrivée de ce nouveau clip qui vient clore ton année est-elle un message pour dire « 2021, on est là » ?

[ALBUM] Place à la réouverture des clubs artificiels avec Tour-Maubourg

Il est inutile de préciser que les artistes, intermittents du spectacle, techniciens et tous autres corps de métier liés à la culture et à l’évènementiel sont complètement mis à part durant cette crise que nous nommons « coronavirus ». Il est également inutile d’évoquer le fait que les mondes de la nuit et de la fête ne voient plus que du noir, sans jeux de lumières stroboscopiques.

Cependant, il reste important de rappeler que même si beaucoup de choses nous ont été enlevées pendant ces douze derniers mois, rien ni personne ne pourra nous supprimer la liberté de danser.

Tour-Maubourg en est la preuve en personne.

Alors que la pandémie bat son plein, le DJ revient battre la mesure avec son premier album sorti sur le mythique label parisien Pont Neuf Records. Paradis Artificiels, titre qui fait directement référence à un poème de Baudelaire, est composé de huit titres qui te remémoreront le bien-être que peuvent te procurer les clubs, la chaleur humaine et la musique lorsqu’elle est jouée très forte.

Baudelaire disait : « Le bon sens nous dit que les choses de la terre n’existent que bien peu, et que la vraie réalité n’est que dans les rêves ».

L’amour est au centre de cet album (La révolte du cœur et Ode to Love), et le DJ quant à lui flirt également de son côté, avec des sonorités jazz et house.
Paradis Artificiels te donne envie de danser (Diffraction rythmique, L’invitation au voyage et Le vol. du corbeau), mais aussi l’envie de refaire le monde (Saint thé à la menthe et Inaptitude).
L’album se termine sur Les mots et une note downtempo rêveuse aux sonorités dub, qui te donneront envie de voyager vers un paradis artificiel.

Alors comme le disait Christine & The Queens : « Si tu ne peux pas aller en club, sois le club ».
À bon entendeur.

En collaboration avec Thomas Prunier – Pont Neuf Records

[CLIP] Direction l’espace avec VON Pourquery

Il fait partie des meilleurs jazzmans contemporains. Tu as pu l’écouter à la Gare jazz de Paris, à la Défense Jazz Festival et encore sur de nombreuses scènes différentes depuis le début des années 2000.

Thomas de Pourquery, ou VON Pourquery.

Ce nom ne t’est peut-être pas inconnu, et pour cause !
Désigné Meilleur Album de L’année aux Victoires du Jazz en 2014 (Supersonic) ou encore Artiste de L’année aux Victoires du Jazz 2017 (Sons of Love). C’est un parcours sans faute.

Aujourd’hui encore, tu ne sais pas à quoi t’attendre quand ce talentueux artiste annonce qu’il va sortir quelque-chose de nouveau. Il y a quelques semaines, le super titre All the Love en duo avec James The Prophet.

Plus récemment, un titre qui t’emmène dans l’espace (dans tous les sens du terme), avec Starlight. Ce titre est plus axé pop, mais VON Pourquery n’oublie pas ses fondamentaux : ses talents de jazzman et de saxophoniste.

Pour le bonheur de nos oreilles.

56757294_831208497247377_4689662854788284416_n

En concert le 27/05 à la Gaité Lyrique (si le corona le permet)
Et le 20/11 à l’EMB Sannois

[ALBUM] Flanagan, ou ce crooner éclectique

Il fait partie de ceux que nous devons remercier d’exister pendant ces temps compliqués. De ceux qui sont sincères musicalement parlant, et qui nous livrent un / des albums de qualité, complets et aux innombrables influences et inspirations.

Tombée par hasard sur ce nouveau crooner éclectique, je n’ai fais qu’une bouchée de The Bastard de Flanagan. En écoutant ces dix titres que le proverbe « Le hasard fait bien les choses » a pris tout son sens.

C’est un voyage, ou plutôt une exploration aux multiples facettes.

Un premier album, digne de ce nom. En passant par le rock, la trap, le rap ou encore le blues et le jazz, Flanagan nous montre d’emblée sa palette musicale, pour le bien de nos oreilles. En nous livrant The Bastard, nous retrouvons la musique à écouter dans ta voiture, à fond et fenêtres ouvertes. Mais aussi la musique pour te lâcher en cas de craquage suite au confinement, et celle pour accueillir le printemps bras et cœur ouverts.

Et puis, il y a de quoi être nostalgique de nos idoles passées, qui influencent mine de rien Flanagan, bien que ce dernier reste fidèle à lui-même. Du début à la fin.

C’est un album si musical et sincère, que je te recommande de l’écouter sans modération. Ça devrait t’occuper pour les 15 prochains jours, si tu ne sais plus comment utiliser ton temps.

56757294_831208497247377_4689662854788284416_n