[INTERVIEW] La Rue de la Folie, l’importance du partage et de la poésie : le premier EP de Nicolas Ly

Il mélange l’ombre et la lumière, de la pop et de la poésie, la mélancolie et l’espoir. Alors que son EP Rue de la Folie n’était qu’à quelques semaines de sortir, nous nous sommes rencontrés, Nicolas Ly et moi-même à une terrasse de République. Ensemble, on a parlé de musique évidemment, de l’importance du partage et du contact, de ses chansons et de ses clips réalisés par Élisa Baudoin, avec qui la connexion s’est faite immédiatement.

Rencontre avec Nicolas Ly et son premier projet solo.


Musicaléomentvotre : Salut Nicolas, comment tu vas ?

Nicolas Ly : Hello! Ça va très bien, super même.

M : Est-ce que tu pourrais te présenter pour les personnes qui ne te connaissent pas encore ?

N.L : Je m’appelle Nicolas Ly, je suis auteur, compositeur, interprète et j’ai écrit un journal intime que j’ai eu envie de partager.

M : Et, qu’est-ce qui t’a donné envie de faire de la musique, de rendre ce « journal intime » public ?

N.L : C’est difficile de répondre parce que c’est très viscéral. C’est un peu notre condition d’artiste de se lever le matin et de communiquer des choses qui nous tiennent à cœur, qu’on ne peut pas trop dire autrement que par l’art en fait. C’est vraiment ça qui me pousse : une envie de connecter, déjà avec moi-même, pour ensuite connecter avec les autres.

M : Peut-on dire que la musique est pour toi une sorte d’échappatoire ?

N.L : Complètement, dans le sens où dans mon écriture j’essaye de me créer un monde à moi avec ses propres règles, c’est-à-dire : il n’y a aucune règle.

M : Si on revient un peu sur ton parcours, avant d’avoir une carrière solo tu faisais partie d’un groupe, Applause. Est-ce que tu peux nous en parler un petit peu ?

N.L : Applause c’est une expérience hyper intense, où je sortais d’une période très solitaire aux Beaux-Arts, en sculpture, où on est vraiment seul avec soi-même… et j’en souffrais un petit peu. J’ai rencontré des super musiciens belges, par l’intermédiaire d’un pote qui savait que je voulais chanter sans que je ne lui dise. Il m’a dit « vient à ce concert, il y a des super musiciens et ils cherchent un chanteur ». Donc j’y suis allé, c’était les musiciens d’Applause, avec un autre chanteur, ancien des Nonnes Troppo, un groupe des 90’s complètement barré. Ce qu’ils faisaient avec lui, c’était juste sublime. Je suis allé les voir après le concert et une semaine plus tard on partait sur les routes, ça a matché directement, tout était à sa place, on voulait tous ça. On a écrit, on est partis et la motivation c’était ça : partager et connecter.

M : Tu es resté huit ans dans ce groupe, pas loin d’une décennie. Qu’est-ce qui t’a poussé à te lancer en solo et à changer de registre, jusqu’à ne chanter presque plus qu’en français ?

N.L : C’est cette nécessité de s’exprimer. J’avais encore quelque-chose qui me bloquait dans le fonctionnement du groupe. C’était génial, mais il me manquait cette note d’intimité. J’avais beaucoup d’ambitions musicales pour me laisser emporter plus longtemps dans des tournées, ce qui est génial et intense, mais qui bloque un peu la créativité. Au bout d’un moment il faut se poser pour écrire et pour s’exprimer. Le groupe, c’était des gens vraiment bienveillants qui ont compris tout de suite que je devais explorer quelque-chose solo. J’écrivais de mon côté avant et pendant Applause, j’ai fait les premières parties de Spleen qui à l’époque m’a soutenu… jusqu’au grand saut en 2014 où j’étais avec moi-même. On écrit et on avance.

M : Justement en parlant de ton écriture, comment trouves-tu ton inspiration ?

N.L : Ce sont les gens qui m’inspirent en fait. Là, on est dans un café et j’ai d’ailleurs écris pas mal de chansons ici, en regardant les gens et en imaginant leurs vies. C’est très voyeur comme démarche, je suis fasciné par les sentiments et les relations humaines, la magie d’une rencontre amoureuse, le rêve que ça peut convoquer, ces petits moments de vie que j’ai envie de figer. Tout ça m’inspire et j’imagine des choses qui parfois tombent juste, puisque ça résonne dans ceux qui écoutent. C’est là qu’on est bien.
À ça, je garde toujours une note métaphorique car je n’aime pas être dans l’expérience au premier degré, ce qui fait partie de mon caractère réservé. J’aime bien parler des choses sans vraiment en parler, et c’est comme ça pour moi qu’elles deviennent assez universelles. Tu rajoutes à ça une mélodie, une ambiance à des mots, des sons particuliers et des images. C’est vraiment quelque-chose de passionnant et ça ouvre à l’introspection. J’essaye aussi de garder mon côté festif et positif pour mélanger une sorte de mélancolie de l’observation du monde autour de moi, avec cette recherche de la lumière.

M : Tu disais à un moment « rajouter une ambiance, des mots, une image ». À l’heure où nous discutons, tu as déjà sorti trois clips réalisés par Élisa Baudoin : Troisième Sous Sol, Elle Souriait et Rue de la Folie. Tu peux nous parler de cette collaboration ?

N.L : C’est vraiment le résultat d’une rencontre avec Élisa et Loumir, son copain qui s’occupe aussi de mon projet au niveau de l’édition et qui avait organisé le dernier concert d’Applause, en 2016. C’est deux têtes pensantes qui sont arrivées dans mon projet et qui maintenant sont indissociables de ce que je fais, dans le sens où tout est résultat d’affinités. Avec Élisa j’ai tout de suite compris qu’on avait la même vision qui dealait vachement avec le surréalisme, tout en apportant une note un peu urbaine, contemporaine. Ce que j’aime chez elle c’est que, comme mes textes sont un peu imagés, elle ne cherche pas à illustrer ça et parfois elle va même aller à leur encontre, comme dans Troisième sous-sol : je dis « je murmure à ton oreille » et là, elle filme un mec qui gueule. Pour moi là, l’association est super intéressante. Les choses ne vont pas se présenter de manière évidente, c’est un esprit sans aucune barrière ni morale, sans se dire qu’il y a une continuité, un raccord lieu-temps. Là, on expose tout en partant de ces textes et on trouve le moyen d’incarner ce que je suis, la persona soit le Nicolas qui est aussi ma création. On essaye tous ensemble de proposer quelque-chose de nouveau, d’incarné et de surréel. Avec Élisa, plus on avance et moins on a besoin de parler : tout ce qu’elle propose raisonne. C’est une rencontre géniale qui n’est pas donnée à tous les artistes, et ça se chérie. C’est sacré.
Loumir quant à lui m’a vu sur scène, et quand il a su que je me lançais dans mon projet, on a commencé à faire des promos ensemble, je lui envoyais quelques textes. Puis au bout d’un moment je lui ai dit « mais tu es mon manager » ; c’était parti pour l’aventure. J’aime savoir que j’ai trouvé des gens qui sont vraiment bienveillants par rapport à ma vision et qui m’aident à mettre du charbon dans la locomotive. Le résultat final est quelque-chose de très collectif ; ça part de quelque-chose d’intime pour arriver à un truc plus universel.

M : À l’heure où nous discutons, ton EP n’est pas encore sorti, mais tu as déjà dévoilé la pochette de ce dernier. À ce moment-là, tu décrivais cette pochette en disant « je puise souvent mon inspiration dans des choses sombres pour les retranscrire en lumière et poésie ». Qu’est-ce que cette pochette représente ?

N.L : Cette pochette est encore un hasard : on a shooté chez moi avec Élisa, vêtu de ce manteau en vinyle. On a trouvé ça assez graphique puis elle m’a renvoyé cette photo de moi, en négatif avec une ombre derrière. Il se trouve que ça correspondait vraiment à mon intention par rapport à mes chansons : partir de quelque-chose de très profond personnellement pour en faire quelque-chose d’intime grâce aux mélodies plus solaires. L’image correspondait parfaitement à mon intention, celle de créer une pop introspective. La pop Nicolas Ly.

M : En ce 21 mai 2021, ton EP Rue de la Folie sort dans un peu moins d’un mois. Comment tu te sens, là ?

N.L : Je me sens fébrile, j’ai envie que ça marche, que cet EP tombe dans des oreilles bienveillantes, que les retours ne soient pas tièdes. C’est une libération d’avoir enfin un objet qui recèle mon âme. Ce n’est pas rien, c’est particulier voire indescriptible. J’ai mis 2-3 ans de ma vie dans ce projet, après avoir écrit une centaine de chansons, on en a gardé assez peu pour cet EP qui sort le 17 juin. Il y en aura d’autres pour l’album et j’ai hâte aussi ! L’EP c’est génial mais l’album qui arrive derrière… c’est encore plus spécial. Là, je livre une boîte avec mon âme dedans et vous en faites ce que vous voulez. C’est hyper excitant.

M : En attendant de pouvoir se le procurer, tu peux nous dire ce qu’on retrouvera dans cet EP ?

N.L : Il y aura un clip le jour de la sortie, avec un décor dingue. Et même si ça sort dans moins d’un mois, il y a toujours du travail dessus. J’aime bien quand c’est comme ça parce que ça reste vraiment très neuf, chaud comme la braise.

M : J’ai hâte ! D’ailleurs, en pleine crise du COVID, tu sors ce disque et il va tout de même falloir le vendre grâce à la scène alors, comment est-ce que tu appréhendes tout ça ?

N.L : Je pense que je vais sortir mon EP et que les choses vont doucement revenir, même si ça va être très lent. Les gens vont revenir doucement vers le fait de s’enfermer dans une pièce avec une foule. On vit quelque-chose d’un peu biblique, c’est dingue. La vie ne sera jamais la même, on s’en relèvera doucement et je compte bien être là pour cette résilience festive. Ça va être très beau parce que pour le coup, je pense que chaque concert va devenir un peu exceptionnel maintenant.

M : En tout cas moi j’ai vraiment hâte de te voir sur scène…

N.L : Et moi très hâte de te voir dans le public ! *rires*

M : Je serais bien présente ! J’en profite pour te laisser conclure cette interview avec le mot de la fin, avant d’aller écouter ton EP qui est disponible depuis le 17 juin.

Nicolas Ly : partageons.

Merci à Nicolas Ly pour son temps, sa bienveillance et pour sa musique si sincère qu’il nous partage.

[ALBUM] Clara Luciani nous chante l’amour dans « Cœur »

Comme le chantait Françoise Hardy dans les 60’s, c’est « le temps de l’amour », et Clara Luciani nous le chante à la perfection. Auteure, compositrice et interprète, la chanteuse avait déjà réussi à charmer ses auditeurs avec Sainte Victoire en 2018, son premier album. Deux ans plus tard, elle est de retour de plus belle avec les onze chansons qui composent son deuxième disque, Cœur.

Clara Luciani pourrait nous chanter des chansons d’amour pendant des heures qu’on ne s’en lasserait même pas. Sa voix grave et puissante, tantôt rock tantôt plus pop nous emmène dans une love story pendant une quarantaine de minutes, mélangeant chansons dansantes et ballades.

Accompagnée par les talentueux Sage et Breakbot, figures de la scène française de notre époque, ils apportent une touche « disco » qui nous fait voir la vie en rose du début à la fin de l’album. Ouah.

Atteint.e d’une peine de cœur ou d’un coup d’amour, un coup de je t’aime, Cœur est définitivement fait pour toi.

[INTERVIEW] Météo Mirage, leur nouveau disque et la notion de « désert »

Leur second EP est disponible depuis le 30 avril. Météo Mirage nous dévoile cinq nouveaux titres élégants et poétiques (comme à l’heure habitude). Pendant l’écoute de ce disque, les voix d’Alexis et Max se répondent avec des mots simples, sur fond de musique douce, de musique pop, de musique qui donne parfois des frissons et qui nous font du bien.

Rencontre avec Météo Mirage.


Musicaléomentvotre : Bonjour Météo Mirage, comment allez-vous ?

Météo Mirage : Ça va ! On est très excités par la sortie de notre EP et on réfléchit à plein de nouveaux projets.

M : Est-ce que vous pouvez vous présenter, vous et votre musique ?

M.M : Météo Mirage c’est un groupe qui raconte des histoires ! On s’est tous rencontré en faisant de la musique au cours des années et on a lancé le groupe en 2017. L’envie de départ, c’est d’explorer les textures et de proposer une pop atmosphérique avec le texte au centre. Depuis, on cherche à dessiner des paysages et à embarquer les gens dans nos voyages. 

M : En mars 2019, vous avez sorti un premier EP de quatre titres, Pacifique. Que pouvez-vous nous en dire ?

M.M : Cet EP c’était un peu notre baptême. On l’a enregistré à la maison, avec très peu de connaissances et de méthode. C’était hyper formateur car on a tout appris sur le tas et on a fonctionné à l’instinct. La copie est peut être un peu brouillonne, mais on en est très fiers car il nous a ouvert des portes et mis à part le mix. On l’a fait en autonomie totale.

M : Depuis, il s’en est passé des choses et vous ne vous êtes pas arrêtés là. Fin janvier, vous avez sorti le clip de Ton Nom et plus récemment celui de Transforme. Pouvez-vous nous parler de ces deux nouveaux titres ?

M.M : Ces deux titres sont assez évocateurs de ce qu’on a voulu faire avec cet EP.
Ton Nom, ça raconte un « road-trip » sans direction et ça s’inscrit dans notre envie de créer des bandes-son de voyage, une soundtrack pour les longues routes. Transforme, est un titre très intime, qui raconte l’histoire de ma sœur, Eve, qui est transfemme. C’est un titre très épuré, très centré sur le texte. Avec cet EP, on voulait assumer une certaine fragilité pour laisser transparaître l’émotion. 

M : Et justement, quels thèmes souhaitiez-vous aborder ?

M.M : L’EP tourne autour des idées de doute et de renouveau. On s’est beaucoup imaginé le principe de la page blanche : une vaste étendue, où tout est possible, mais aussi compliqué. Qu’on parle de solitude, de rêves d’évasion, de recherche intérieure… on a toujours pour point commun les notions de changement et le renouvellement !

M : Vous pourriez le décrire en seulement quelques mots ?

M.M : Entier, onirique, élégant et viscéral.

M : L’EP s’appelle Météo Mirage et est disponible depuis le 30 avril. Qu’est-ce que cela vous procure ?

M.M : D’abord, on est hyper heureux de pouvoir défendre de nouveaux titres, de pouvoir écrire un nouveau chapitre de notre histoire ; de sortir des morceaux dont on est très fiers aussi, et qu’on a fait avec la plus grande sincérité.
Mais aussi un peu frustrés de ne pas pouvoir partager ça sur scène tout de suite…

M : À ce propos et d’après les thèmes que vous abordez, est-ce que la crise sanitaire a joué dans l’écriture de cet EP ?

M.M : La plupart des titres on été écrit avant la pandémie, donc pas vraiment. Disons que ça a pris une toute autre signification dans la suite du processus, notamment au moment de réfléchir les clips et les visuels.
Et puis Où Êtes-Vous ?, le dernier titre rajouté, est le seul à avoir été écrit après le premier confinement. Il parle de solitude et du besoin d’exister à travers le regard des autres.

M : À travers vos cinq titres on reconnait bien la notion de « désert ». Comment est-ce que cet environnement vous inspire ? 

M.M : On a beaucoup trippé sur le désert pour plein de raisons. D’abord parce que c’est un espace qui nous est inconnu et qui nous attire. Ensuite, parce qu’il nous fait voir plein d’images, notamment à travers des films comme Paris-Texas. Mais aussi, parce que le désert peut être partout : en soi, à travers des relations, etc… Et que c’est donc à la fois un espace de vide, mais aussi de liberté.

M : En attendant de pouvoir se retrouver dans la vraie vie, sur scène, à quoi pouvons-nous maintenant nous attendre ?

M.M : On prépare plusieurs contenus pour essayer de rendre tout ca plus réel, de partager en vrai, ou presque. On en dira plus dès que ça sera prêt… Et puis, on écrit plein de titres, donc ça va enchaîner !

M : Comme à mon habitude, je vous laisse le mot de la fin (et vous souhaite une très bonne continuation, en espérant pouvoir vivre vos chansons très vite).

M.M : Rien n’est grave !

Merci pour le temps accordé par Météo Mirage

[CLIP] Bloqué.e rue de la folie avec Nicolas Ly

Alors que son premier EP s’apprête à sortir au mois de juin, Nicolas Ly revient avec un nouveau clip réalisé par Élisa Baudoin. Pour visionner ce dernier, rendez-vous Rue de la Folie.

En guise de second extrait de son nouveau disque, Nicolas Ly, artiste qui murmure des chansons avec très grande délicatesse, nous chante désormais l’histoire de sa Rue de la Folie, celle qui compte tant pour lui depuis des années. C’est un refuge de création, sa tanière d’artiste, là où il vit, l’endroit où ses textes et ses compositions voient le jour en premier.

À travers ce nouveau clip, Nicolas Ly s’inspire de l’actualité en illustrant la vie sociale que nous menons depuis un an : être coincé.e toujours au même endroit, sans contact particulier. L’ascenseur, symbole d’enfermement, permet à l’artiste de représenter en chanson la situation actuelle (et d’est encore une fois très bien mené).

En collaboration avec Marie Mougin

[ALBUM] Dame Civile, ou le combo parfait entre chanson et hip-hop alternatif

Deux frères, deux voix et une multitude d’influences venues d’ici, de là-bas pour créer une musique qui leur appartient. Nous pourrions presque le qualifier d’hybride : un disque de huit titres tantôt dansants, tantôt plus calmes, qui mélange une musique hip-hop à de la chanson, voire de la poésie des temps modernes.

Dame Civile vient de sortir son troisième EP, et c’est d’une très grande beauté.

Nouvel Âge, c’est un magnifique disque qui explore les frontières de la réalité terrestre à travers le temps et les expériences. Durant les quelques vingt-deux minutes d’écoute, les frères passent en revue les émotions que nous rencontrons dès notre plus jeune âge, jusqu’aux phases de séduction avant les histoires d’amour, qui sont parfois suivies des regrets, et surtout par beaucoup de souvenirs.

Dame Civile, c’est un duo qui fait de la musique puissante, avec ses tripes. De la musique sincère et naturelle, qui fait du bien et qui t’autorise à t’évader de ton esprit pendant un instant. Dame Civile est un duo affranchi et on est déjà fan de ce qui va arriver.

En collaboration avec Sébastien Bouchereau

[CLIP] Divaguer entre les mots de Nicolas Ly

Nicolas Ly fait partie de ces artistes que tu découvres un beau jour sans trop savoir comment, et dont tu as du mal à te passer par la suite. C’est un de ces artiste qui te chante des chansons parfois inspirées de vrais moments de vie, dans la langue de Molière. Quand tu l’écoutes, tu bois ses mots si poétiques, sa musique pop, solaire et élégante.

Nicolas Ly revient aujourd’hui avec une nouvelle histoire, mise en image par Élisa Baudoin. Elle souriait.

Pour imager l’histoire de cette femme qu’on suit à travers l’évolution de son sourire, les deux artistes nous présentent un clip raffiné, minimaliste et lumineux, tel une peinture sur toile. Nicolas Ly est mis en scène dans un décors naturel et aux couleurs pop, le tout fait de façon très sobre dans le but de mettre le texte d’Elle souriait en avant.

En collaboration avec Sophie – Baltimore

[CLIP] Pauline Croze, ou la grâce incarnée

Pauline Croze a un don : celui de manier à la perfection les mots.

Découverte avec T’es beau il y a quelques années déjà mais d’autant plus appréciée lorsqu’elle a sorti l’album Bossa Nova en 2016, j’ai le plaisir de t’annoncer que Pauline Croze est de retour avec un nouveau titre.

C’est alors vêtu de sa grâce et de sa subtilité habituelle que Solution est né.

Solution : nom féminin, singulier : réponse à un problème, à une question.

Pauline est de retour plus vraie que jamais avec Solution, le dernier extrait d’un album à paraitre bientôt. Avec cette chanson entêtante et engagée accompagnée de son clip animé (B. Evens, Y. Kebbi et J. Bosh), elle réussit une nouvelle fois à faire danser les mots et la musique ensemble, créant alors un morceau pop, presque urbain, spontané et surtout très moderne, qui se pose un tas de questions sans réponses, ni solutions.

En collaboration avec Alexandra – Tomboy lab

[CLIP] Dans l’appartement de Yoa

Avec son premier clip, Yoa signe le début d’une grande aventure.

C’est sur une prod simple mais efficace et entrainante que Yoa nous laisse pénétrer dans ses carnets de poésie. Appartement est une chanson écrite d’une traite il y a deux ans, et c’est depuis ce jour qu’on peut se vanter du fait qu’elle nous appartient désormais.

Dans cet appartement, Yoa danse, elle s’ennuie, attend que le temps passe et entend la vie des gens. Elle espère puis désespère, un coup elle pleure, un coup elle rit. C’est une chanson triste et amusante, à écouter en solitaire ou alors bien entouré.e, pour se sentir chez soi ou alors rechercher justement un endroit où se sentir réellement chez soi.

Ce clip fait d’une succession d’images est signé Florence Logan, et il montre un quotidien parfaitement banal.
Rien de mieux pour s’identifier complètement à la chanson et l’apprécier d’autant plus.

[CLIP] L’ode à la femme d’IsaAc Bonnaz et Habiba Valentina

C’est un mélange d’influences et un mélange d’univers.

Isaac Bonnaz et Habiba Valentina sont deux musiciens qui mélangent blues, soul, variété française et frôlent la ligne de la world musique.
Leur deuxième collaboration sur Encens n’est autre qu’une nouvelle belle chose pour nos oreilles.

À travers ce nouveau titre et le clip qui l’accompagne, le duo compte une ode à la femme en dressant les portraits contemporains de six femmes, suivies dans leurs quotidiens et entrelacées par les mouvements mystiques de la chanteuse.

De quoi s’échapper du contexte chaotique qui règne autour de nous.

[CLIP] Une soirée, un challenge : le nouveau clip de Nicolas Ly

Le truc c’était de tourner un clip express avec une équipe technique réduite et une idée centrale.

Nicolas Ly fait partie de ces bordelais exilés à Paris pour les études, avant de se consacrer pleinement à la musique. Ancien membre du groupe Applause, il lance son projet solo en 2019 avec pour défi d’explorer la langue française qui, on s’en rendra compte plus tard, lui permet d’aborder des sujets qui le touchent en plein cœur.

Armé de son piano mélancolique, d’une prod pop et minimaliste ainsi que de sa voix chaude et suave, Nicolas Ly nous dévoile le clip de Troisième sous-sol, réalisé par Élisa Baudoin.

Les images de Troisième sous-sol ont été prises cet été après une fulgurance, l’idée de clipper ce titre en express. Ni une ni deux, la réalisatrice, le producteur et Nicolas étaient dès le lendemain en plein tournage.
Comme quoi, « c’est possible de créer spontanément » comme nous le rappelle la réal.

C’est une chanson pop qui parle de relations parfois toxiques, extraite du futur prochain EP de Nicolas Ly. À la merci d’un fou furieux, pieds et mains ligotés, ce dernier est piégé dans un décor désertique et rocailleux, sans personne pour lui porter secours : une métaphore pour rappeler qu’il ne faut pas laisser tomber son / ses partenaires dans le troisième dessous.

En collaboration avec Sophie Vilain – Agence Baltimore

[ALBUM] Janie, la petite blonde de la scène pop

Elle écrit et compose, nous chante des ritournelles et ses maux.

Janie a la vingtaine et sait s’imposer sur la scène de la pop française accompagnée de sa voix murmureuse de chansons douces et acides, intemporelles et inscrites dans l’air du temps.

Après avoir sorti une saga de piano / voix, Janie nous a livré à minuit son tout premier EP, Petite Blonde.
Cet opus est aussi dansant que touchant et à travers ce dernier, on retrouve une Janie plus sincère et introspective que jamais.

C’est probablement l’étoile montante de la pop romantique et mélancolique.

Petite Blonde c’est l’histoire de Janie.
L’EP est composé de cinq titres où elle nous laisse des Mots (pas si) Virtuels notamment avec Foé sur fonds de piano simples ou sombres, des titres qui nous donnent envie de retourner en Discothèque pour enfin se lâcher à travers des mooves endiablés. Et si Janie sait te faire danser sur sa pop vintage, elle saura aussi comment faire frissonner ton corps tout entier avec Gremai et Mon Idole.

Alors reconfiné.es oui, mais bien accompagné.es.

En collaboration avec Balkis Bouhouch – Scopitone Media

[ALBUM] Teorem et ses punchlines conscientes

En 2016 il a fait un disque. En 2017, il a monté son label. En 2018, il a fait un autre disque et en 2019 il a sorti deux singles.

En 2020 et ce malgré notre ami le Covid-19, il a sorti un troisième disque. C’est Teorem.

Teorem est un parolier et producteur qui fait passer la conscience avant les punchlines et les instruments avant les boucles. C’est un artiste qui s’inspire de musiques d’ici et d’ailleurs, de la scène électronique et des sound systems pour nous proposer des singles qui le représentent à merveille.

Après avoir conquis le cœur de Radio Nova (et celui de Musicaléomentvotre), Rémi Libéreau de son vrai nom revient avec Trois X Rien, un EP de cinq titres à écouter sans modération.

Sur ce dernier disque, on réfléchit, on est nostalgique et on danse tout autant car c’est un EP plus joyeux que les précédents. En même temps, ce n’est pas un peu la seule chose dont on avait réellement besoin cette année ?

En collaboration avec Fabien Furst

[CLIP] L’hypnotisante Rosemarie

Avant d’écrire cet article, j’ai du écouter approximativement 100 fois Rosemarie.

Elle arrive fraichement dans la sphère musicale avec son tout nouveau projet de chanson française. Auparavant appelée Paillette, c’est armée de sa voix et de sa musique hypnotisante que Rosemarie laisse de côté l’anglais pour chanter en français.

Nuit d’été, c’est son tout premier clip.

Une poésie douce, accompagnée par une sobre musique et un clip tourné dans le département de la Loire. On n’en ressort pas indemne.

C’est avec une musique et des paroles percutantes, une langue de Molière maitrisée à la perfection que Rosemarie se met a nu, se livre à nous. Et on a hâte d’entendre d’autres choses aussi douces.

Elle est à découvrir sur scène en décembre en première partie de Pomme si le Covid-19 le permet, et autrement dès la réouverture du monde de la musique.

[CLIP] Dans la lune comme Félix et Sazrah

Bienvenue dans l’univers parallèle de Félix et Sazrah.

Ils passent de la Terre à la Lune en embarquant avec eux une touche de Thomas de Pourquery. Mais là n’est pas là question. Avec Coffee Rocket, on met la vie sur pause le temps d’un instant. Et je pense que la sortie du clip tombe parfaitement bien, pendant ces temps difficiles.

Un café peut arrêter le temps.

Sa couleur hypnotise, sa chaleur rassure, son goût et son odeur nous transportent ailleurs. Le café vient altérer notre perception du monde et Coffee Rocket est une vision parmi d’autres.
C’est un voyage de quatre minutes où tu es projeté(e) dans un clip aux mille couleurs, entièrement fait à la main. Comme ça fait du bien de lâcher prise.

En collaboration avec Jérémie Charrier