[CLIP] Kids Return nous plonge dans la nostalgie des années 70, avec « Melody » et « Our Love »

Le son de Kids Return se situe entre une pop californienne des Mamas and The Papas, des orchestrations de Vladimir Cosma et des bandes sons de Joe Hisaishi.

Mais Kids Return c’est aussi et avant tout, l’histoire d’une rencontre entre deux potes encore tout jeunes, passionnés de musique et de cinéma. D’où ce choix de nom de scène, une référence directe au sixième film de Takeshi Kitano, sorti en 1996.
Adrien et Clément font une musique pleine de mélodies et d’émotions, romantique et mélancolique, portée par des instruments très organiques, allant de la guitare acoustique aux synthés analogiques. C’est entre leur studio parisien et une maison des Pyrénées que sont nés deux premiers titres : Melody et Our Love.

Kids Return nous emmène en balade, en passant de sonorités modernes à sonorités nous rappelant les années 70.

À travers Melody et Our Love, Clément et Adrien démontrent la profondeur que contient la fausse naïveté de l’enfance, et la puissance évocatrice de la nostalgie. Melody est une sorte de musique de film romantique et mélancolique, qui puise dans l’influence de la French Touch, aussi énergique que Blur et harmonique que MGMT. Our Love est quant à lui plus dansant, sans pour autant perdre les racines musicales du premier titre : il est élégant, vivant, groovy et funky, tout en gardant cet air mélancolique qu’étrangement, nous adorons.

(C’est un duo à surveiller de [très] près).

[ALBUM] « Volcans », le premier EP explosif d’Ojos

C’est un duo en orange et noir, mêlant enfant sage et enfant sauvage, sonorités pop et urbaines. C’est une part d’Élodie et une part d’Hadrien. C’est Ojos, et le duo vient de sortir son premier EP, Volcans.

La musique d’Ojos est reconnaissable parmi tant d’autres tant leur univers est si singulier. Cet EP est composé de cinq titres tous aussi bien les uns que les autres (et s’il le fallait, il serait difficile de définir quel est celui que l’on préfère). Ils flottent entre amour et haine, douceur et violence, folie et raison, sur fond de voix hispaniques et francophones.

D’apparence calmes et silencieuses, les chansons issues de ce premier disque sont telles des volcans qui grondent de l’intérieur, insaisissables et imprévisibles.

Après l’avoir joué en version alternative / acoustique au Bar Gallia le 23 juillet, Ojos sera de retour le 26 août pour présenter Volcans dans toute sa splendeur, sur la scène du Pop-Up du Label.

[ALBUM] ADB erre entre deux mondes dans son deuxième projet

Il erre entre morceaux en solo et à plusieurs, entre déferlante émotionnelle et déchaînement d’une folle énergie puisée au fond de ses tripes.

ADB est artiste mais avant tout un enfant de son époque, qui ne sait pas toujours bien comment exprimer ses émotions au quotidien. Avec Entre Deux Mondes, son deuxième EP, il fait de ses pensées et de ses maux tout un projet qui s’efforce d’être plus personnel que le premier.

Écrits, composés, produits et mixés seuls pour la plupart des titres, ces tracks sont à écouter avec grande attention.

Pour lui, la musique se vit, se partage ; et pour preuve ! Dans ce disque de cinq titres, ADB a décidé d’être accompagné une nouvelle fois par certains de ses bras droits : Téo sans H, Pab The Kid, Ben Molinaro et Roy Markson, permettant alors à ce projet d’osciller entre bangers et pianos voix, pop et rap de façon très linéaire.

Entre Deux Mondes est à écouter d’une traite jusqu’à épuisement.

[INTERVIEW] La Rue de la Folie, l’importance du partage et de la poésie : le premier EP de Nicolas Ly

Il mélange l’ombre et la lumière, de la pop et de la poésie, la mélancolie et l’espoir. Alors que son EP Rue de la Folie n’était qu’à quelques semaines de sortir, nous nous sommes rencontrés, Nicolas Ly et moi-même à une terrasse de République. Ensemble, on a parlé de musique évidemment, de l’importance du partage et du contact, de ses chansons et de ses clips réalisés par Élisa Baudoin, avec qui la connexion s’est faite immédiatement.

Rencontre avec Nicolas Ly et son premier projet solo.


Musicaléomentvotre : Salut Nicolas, comment tu vas ?

Nicolas Ly : Hello! Ça va très bien, super même.

M : Est-ce que tu pourrais te présenter pour les personnes qui ne te connaissent pas encore ?

N.L : Je m’appelle Nicolas Ly, je suis auteur, compositeur, interprète et j’ai écrit un journal intime que j’ai eu envie de partager.

M : Et, qu’est-ce qui t’a donné envie de faire de la musique, de rendre ce « journal intime » public ?

N.L : C’est difficile de répondre parce que c’est très viscéral. C’est un peu notre condition d’artiste de se lever le matin et de communiquer des choses qui nous tiennent à cœur, qu’on ne peut pas trop dire autrement que par l’art en fait. C’est vraiment ça qui me pousse : une envie de connecter, déjà avec moi-même, pour ensuite connecter avec les autres.

M : Peut-on dire que la musique est pour toi une sorte d’échappatoire ?

N.L : Complètement, dans le sens où dans mon écriture j’essaye de me créer un monde à moi avec ses propres règles, c’est-à-dire : il n’y a aucune règle.

M : Si on revient un peu sur ton parcours, avant d’avoir une carrière solo tu faisais partie d’un groupe, Applause. Est-ce que tu peux nous en parler un petit peu ?

N.L : Applause c’est une expérience hyper intense, où je sortais d’une période très solitaire aux Beaux-Arts, en sculpture, où on est vraiment seul avec soi-même… et j’en souffrais un petit peu. J’ai rencontré des super musiciens belges, par l’intermédiaire d’un pote qui savait que je voulais chanter sans que je ne lui dise. Il m’a dit « vient à ce concert, il y a des super musiciens et ils cherchent un chanteur ». Donc j’y suis allé, c’était les musiciens d’Applause, avec un autre chanteur, ancien des Nonnes Troppo, un groupe des 90’s complètement barré. Ce qu’ils faisaient avec lui, c’était juste sublime. Je suis allé les voir après le concert et une semaine plus tard on partait sur les routes, ça a matché directement, tout était à sa place, on voulait tous ça. On a écrit, on est partis et la motivation c’était ça : partager et connecter.

M : Tu es resté huit ans dans ce groupe, pas loin d’une décennie. Qu’est-ce qui t’a poussé à te lancer en solo et à changer de registre, jusqu’à ne chanter presque plus qu’en français ?

N.L : C’est cette nécessité de s’exprimer. J’avais encore quelque-chose qui me bloquait dans le fonctionnement du groupe. C’était génial, mais il me manquait cette note d’intimité. J’avais beaucoup d’ambitions musicales pour me laisser emporter plus longtemps dans des tournées, ce qui est génial et intense, mais qui bloque un peu la créativité. Au bout d’un moment il faut se poser pour écrire et pour s’exprimer. Le groupe, c’était des gens vraiment bienveillants qui ont compris tout de suite que je devais explorer quelque-chose solo. J’écrivais de mon côté avant et pendant Applause, j’ai fait les premières parties de Spleen qui à l’époque m’a soutenu… jusqu’au grand saut en 2014 où j’étais avec moi-même. On écrit et on avance.

M : Justement en parlant de ton écriture, comment trouves-tu ton inspiration ?

N.L : Ce sont les gens qui m’inspirent en fait. Là, on est dans un café et j’ai d’ailleurs écris pas mal de chansons ici, en regardant les gens et en imaginant leurs vies. C’est très voyeur comme démarche, je suis fasciné par les sentiments et les relations humaines, la magie d’une rencontre amoureuse, le rêve que ça peut convoquer, ces petits moments de vie que j’ai envie de figer. Tout ça m’inspire et j’imagine des choses qui parfois tombent juste, puisque ça résonne dans ceux qui écoutent. C’est là qu’on est bien.
À ça, je garde toujours une note métaphorique car je n’aime pas être dans l’expérience au premier degré, ce qui fait partie de mon caractère réservé. J’aime bien parler des choses sans vraiment en parler, et c’est comme ça pour moi qu’elles deviennent assez universelles. Tu rajoutes à ça une mélodie, une ambiance à des mots, des sons particuliers et des images. C’est vraiment quelque-chose de passionnant et ça ouvre à l’introspection. J’essaye aussi de garder mon côté festif et positif pour mélanger une sorte de mélancolie de l’observation du monde autour de moi, avec cette recherche de la lumière.

M : Tu disais à un moment « rajouter une ambiance, des mots, une image ». À l’heure où nous discutons, tu as déjà sorti trois clips réalisés par Élisa Baudoin : Troisième Sous Sol, Elle Souriait et Rue de la Folie. Tu peux nous parler de cette collaboration ?

N.L : C’est vraiment le résultat d’une rencontre avec Élisa et Loumir, son copain qui s’occupe aussi de mon projet au niveau de l’édition et qui avait organisé le dernier concert d’Applause, en 2016. C’est deux têtes pensantes qui sont arrivées dans mon projet et qui maintenant sont indissociables de ce que je fais, dans le sens où tout est résultat d’affinités. Avec Élisa j’ai tout de suite compris qu’on avait la même vision qui dealait vachement avec le surréalisme, tout en apportant une note un peu urbaine, contemporaine. Ce que j’aime chez elle c’est que, comme mes textes sont un peu imagés, elle ne cherche pas à illustrer ça et parfois elle va même aller à leur encontre, comme dans Troisième sous-sol : je dis « je murmure à ton oreille » et là, elle filme un mec qui gueule. Pour moi là, l’association est super intéressante. Les choses ne vont pas se présenter de manière évidente, c’est un esprit sans aucune barrière ni morale, sans se dire qu’il y a une continuité, un raccord lieu-temps. Là, on expose tout en partant de ces textes et on trouve le moyen d’incarner ce que je suis, la persona soit le Nicolas qui est aussi ma création. On essaye tous ensemble de proposer quelque-chose de nouveau, d’incarné et de surréel. Avec Élisa, plus on avance et moins on a besoin de parler : tout ce qu’elle propose raisonne. C’est une rencontre géniale qui n’est pas donnée à tous les artistes, et ça se chérie. C’est sacré.
Loumir quant à lui m’a vu sur scène, et quand il a su que je me lançais dans mon projet, on a commencé à faire des promos ensemble, je lui envoyais quelques textes. Puis au bout d’un moment je lui ai dit « mais tu es mon manager » ; c’était parti pour l’aventure. J’aime savoir que j’ai trouvé des gens qui sont vraiment bienveillants par rapport à ma vision et qui m’aident à mettre du charbon dans la locomotive. Le résultat final est quelque-chose de très collectif ; ça part de quelque-chose d’intime pour arriver à un truc plus universel.

M : À l’heure où nous discutons, ton EP n’est pas encore sorti, mais tu as déjà dévoilé la pochette de ce dernier. À ce moment-là, tu décrivais cette pochette en disant « je puise souvent mon inspiration dans des choses sombres pour les retranscrire en lumière et poésie ». Qu’est-ce que cette pochette représente ?

N.L : Cette pochette est encore un hasard : on a shooté chez moi avec Élisa, vêtu de ce manteau en vinyle. On a trouvé ça assez graphique puis elle m’a renvoyé cette photo de moi, en négatif avec une ombre derrière. Il se trouve que ça correspondait vraiment à mon intention par rapport à mes chansons : partir de quelque-chose de très profond personnellement pour en faire quelque-chose d’intime grâce aux mélodies plus solaires. L’image correspondait parfaitement à mon intention, celle de créer une pop introspective. La pop Nicolas Ly.

M : En ce 21 mai 2021, ton EP Rue de la Folie sort dans un peu moins d’un mois. Comment tu te sens, là ?

N.L : Je me sens fébrile, j’ai envie que ça marche, que cet EP tombe dans des oreilles bienveillantes, que les retours ne soient pas tièdes. C’est une libération d’avoir enfin un objet qui recèle mon âme. Ce n’est pas rien, c’est particulier voire indescriptible. J’ai mis 2-3 ans de ma vie dans ce projet, après avoir écrit une centaine de chansons, on en a gardé assez peu pour cet EP qui sort le 17 juin. Il y en aura d’autres pour l’album et j’ai hâte aussi ! L’EP c’est génial mais l’album qui arrive derrière… c’est encore plus spécial. Là, je livre une boîte avec mon âme dedans et vous en faites ce que vous voulez. C’est hyper excitant.

M : En attendant de pouvoir se le procurer, tu peux nous dire ce qu’on retrouvera dans cet EP ?

N.L : Il y aura un clip le jour de la sortie, avec un décor dingue. Et même si ça sort dans moins d’un mois, il y a toujours du travail dessus. J’aime bien quand c’est comme ça parce que ça reste vraiment très neuf, chaud comme la braise.

M : J’ai hâte ! D’ailleurs, en pleine crise du COVID, tu sors ce disque et il va tout de même falloir le vendre grâce à la scène alors, comment est-ce que tu appréhendes tout ça ?

N.L : Je pense que je vais sortir mon EP et que les choses vont doucement revenir, même si ça va être très lent. Les gens vont revenir doucement vers le fait de s’enfermer dans une pièce avec une foule. On vit quelque-chose d’un peu biblique, c’est dingue. La vie ne sera jamais la même, on s’en relèvera doucement et je compte bien être là pour cette résilience festive. Ça va être très beau parce que pour le coup, je pense que chaque concert va devenir un peu exceptionnel maintenant.

M : En tout cas moi j’ai vraiment hâte de te voir sur scène…

N.L : Et moi très hâte de te voir dans le public ! *rires*

M : Je serais bien présente ! J’en profite pour te laisser conclure cette interview avec le mot de la fin, avant d’aller écouter ton EP qui est disponible depuis le 17 juin.

Nicolas Ly : partageons.

Merci à Nicolas Ly pour son temps, sa bienveillance et pour sa musique si sincère qu’il nous partage.

[ALBUM] Clara Luciani nous chante l’amour dans « Cœur »

Comme le chantait Françoise Hardy dans les 60’s, c’est « le temps de l’amour », et Clara Luciani nous le chante à la perfection. Auteure, compositrice et interprète, la chanteuse avait déjà réussi à charmer ses auditeurs avec Sainte Victoire en 2018, son premier album. Deux ans plus tard, elle est de retour de plus belle avec les onze chansons qui composent son deuxième disque, Cœur.

Clara Luciani pourrait nous chanter des chansons d’amour pendant des heures qu’on ne s’en lasserait même pas. Sa voix grave et puissante, tantôt rock tantôt plus pop nous emmène dans une love story pendant une quarantaine de minutes, mélangeant chansons dansantes et ballades.

Accompagnée par les talentueux Sage et Breakbot, figures de la scène française de notre époque, ils apportent une touche « disco » qui nous fait voir la vie en rose du début à la fin de l’album. Ouah.

Atteint.e d’une peine de cœur ou d’un coup d’amour, un coup de je t’aime, Cœur est définitivement fait pour toi.

[ALBUM] Marty de Lutece est un Goodboy (et il nous le prouve)

Dans la catégorie artiste en devenir, je demande Marty de Lutece.

Certains le connaissent déjà depuis quelques années alors qu’il était au sein du groupe Lutece, d’autres ne l’écoutent que depuis quelques-mois et quelque-uns d’entre nous le découvrent seulement maintenant. Marty de Lutece est de ces artistes qui font se rencontrer deux genres de musique : le rap et la pop. En mélangeant ces deux univers, l’artiste s’affranchis des codes que l’on peu donner à l’un ou un l’autre, pour créer une musique qui le représente à la perfection.

Aujourd’hui, le lyonnais montre une nouvelle fois de quoi il est capable avec une nouvelle mixtape, Goodboy, composée de huit titres avec la plume si singulière de l’artiste.

Dans ce disque, on retrouve des titres pop, des featurings (avec Mazoo et Bolides), des prods et des textes authentiques à deux cent pour-cent. Autrement dit : tout ce qu’on aime retrouver dans un EP. Marty de Lutece manie les mots de manière à ce qu’ils nous touchent jusqu’aux tripes, et n’hésite pas à faire marcher le pouvoir de la mélancolie sur ses chansons.

Si Goodboy s’écoute d’une traite, c’est également un disque qui s’écoute en boucle, et ce jusqu’au prochain…

[ALBUM] La pop-r’n’b de Bergmann décryptée dans son premier album

De manière très glamour, très maîtrisée et très intimiste, Bergmann a su s’imposer sur le devant de la scène pop française depuis le début de cette année.

Avec beaucoup de tact et d’authenticité, Bergmann nous offre aujourd’hui son premier long format, No Curfew. À travers les quatorze chansons qui composent ce disque, la jeune artiste incarne avec bienveillance ce que nous vivons, ressentons et traversons. Elle y parle de ruptures et de rencontres, de sororité et d’histoires de love, de colère et de la perte d’un être qu’on aime.

Bergmann nous fait part d’un disque sincère et varié, à écouter d’une traite à fond dans son salon. Avec No Curfew, le monde de la musique n’a qu’à bien se tenir : elle fait partie de ces artistes émergents qui écrivent petit à petit l’avenir de cette industrie.

[INTERVIEW] Météo Mirage, leur nouveau disque et la notion de « désert »

Leur second EP est disponible depuis le 30 avril. Météo Mirage nous dévoile cinq nouveaux titres élégants et poétiques (comme à l’heure habitude). Pendant l’écoute de ce disque, les voix d’Alexis et Max se répondent avec des mots simples, sur fond de musique douce, de musique pop, de musique qui donne parfois des frissons et qui nous font du bien.

Rencontre avec Météo Mirage.


Musicaléomentvotre : Bonjour Météo Mirage, comment allez-vous ?

Météo Mirage : Ça va ! On est très excités par la sortie de notre EP et on réfléchit à plein de nouveaux projets.

M : Est-ce que vous pouvez vous présenter, vous et votre musique ?

M.M : Météo Mirage c’est un groupe qui raconte des histoires ! On s’est tous rencontré en faisant de la musique au cours des années et on a lancé le groupe en 2017. L’envie de départ, c’est d’explorer les textures et de proposer une pop atmosphérique avec le texte au centre. Depuis, on cherche à dessiner des paysages et à embarquer les gens dans nos voyages. 

M : En mars 2019, vous avez sorti un premier EP de quatre titres, Pacifique. Que pouvez-vous nous en dire ?

M.M : Cet EP c’était un peu notre baptême. On l’a enregistré à la maison, avec très peu de connaissances et de méthode. C’était hyper formateur car on a tout appris sur le tas et on a fonctionné à l’instinct. La copie est peut être un peu brouillonne, mais on en est très fiers car il nous a ouvert des portes et mis à part le mix. On l’a fait en autonomie totale.

M : Depuis, il s’en est passé des choses et vous ne vous êtes pas arrêtés là. Fin janvier, vous avez sorti le clip de Ton Nom et plus récemment celui de Transforme. Pouvez-vous nous parler de ces deux nouveaux titres ?

M.M : Ces deux titres sont assez évocateurs de ce qu’on a voulu faire avec cet EP.
Ton Nom, ça raconte un « road-trip » sans direction et ça s’inscrit dans notre envie de créer des bandes-son de voyage, une soundtrack pour les longues routes. Transforme, est un titre très intime, qui raconte l’histoire de ma sœur, Eve, qui est transfemme. C’est un titre très épuré, très centré sur le texte. Avec cet EP, on voulait assumer une certaine fragilité pour laisser transparaître l’émotion. 

M : Et justement, quels thèmes souhaitiez-vous aborder ?

M.M : L’EP tourne autour des idées de doute et de renouveau. On s’est beaucoup imaginé le principe de la page blanche : une vaste étendue, où tout est possible, mais aussi compliqué. Qu’on parle de solitude, de rêves d’évasion, de recherche intérieure… on a toujours pour point commun les notions de changement et le renouvellement !

M : Vous pourriez le décrire en seulement quelques mots ?

M.M : Entier, onirique, élégant et viscéral.

M : L’EP s’appelle Météo Mirage et est disponible depuis le 30 avril. Qu’est-ce que cela vous procure ?

M.M : D’abord, on est hyper heureux de pouvoir défendre de nouveaux titres, de pouvoir écrire un nouveau chapitre de notre histoire ; de sortir des morceaux dont on est très fiers aussi, et qu’on a fait avec la plus grande sincérité.
Mais aussi un peu frustrés de ne pas pouvoir partager ça sur scène tout de suite…

M : À ce propos et d’après les thèmes que vous abordez, est-ce que la crise sanitaire a joué dans l’écriture de cet EP ?

M.M : La plupart des titres on été écrit avant la pandémie, donc pas vraiment. Disons que ça a pris une toute autre signification dans la suite du processus, notamment au moment de réfléchir les clips et les visuels.
Et puis Où Êtes-Vous ?, le dernier titre rajouté, est le seul à avoir été écrit après le premier confinement. Il parle de solitude et du besoin d’exister à travers le regard des autres.

M : À travers vos cinq titres on reconnait bien la notion de « désert ». Comment est-ce que cet environnement vous inspire ? 

M.M : On a beaucoup trippé sur le désert pour plein de raisons. D’abord parce que c’est un espace qui nous est inconnu et qui nous attire. Ensuite, parce qu’il nous fait voir plein d’images, notamment à travers des films comme Paris-Texas. Mais aussi, parce que le désert peut être partout : en soi, à travers des relations, etc… Et que c’est donc à la fois un espace de vide, mais aussi de liberté.

M : En attendant de pouvoir se retrouver dans la vraie vie, sur scène, à quoi pouvons-nous maintenant nous attendre ?

M.M : On prépare plusieurs contenus pour essayer de rendre tout ca plus réel, de partager en vrai, ou presque. On en dira plus dès que ça sera prêt… Et puis, on écrit plein de titres, donc ça va enchaîner !

M : Comme à mon habitude, je vous laisse le mot de la fin (et vous souhaite une très bonne continuation, en espérant pouvoir vivre vos chansons très vite).

M.M : Rien n’est grave !

Merci pour le temps accordé par Météo Mirage

[CLIP] Bloqué.e rue de la folie avec Nicolas Ly

Alors que son premier EP s’apprête à sortir au mois de juin, Nicolas Ly revient avec un nouveau clip réalisé par Élisa Baudoin. Pour visionner ce dernier, rendez-vous Rue de la Folie.

En guise de second extrait de son nouveau disque, Nicolas Ly, artiste qui murmure des chansons avec très grande délicatesse, nous chante désormais l’histoire de sa Rue de la Folie, celle qui compte tant pour lui depuis des années. C’est un refuge de création, sa tanière d’artiste, là où il vit, l’endroit où ses textes et ses compositions voient le jour en premier.

À travers ce nouveau clip, Nicolas Ly s’inspire de l’actualité en illustrant la vie sociale que nous menons depuis un an : être coincé.e toujours au même endroit, sans contact particulier. L’ascenseur, symbole d’enfermement, permet à l’artiste de représenter en chanson la situation actuelle (et d’est encore une fois très bien mené).

En collaboration avec Marie Mougin

[CLIP] La mélanco(o)lie de Tiste Cool

Il jongle entre coolitude et mélancolie, endosse les casquettes de crooner et de poète moderne. Tiste Cool est musicien, auteur, compositeur (en plus d’être réalisateur), et son projet a vu le jour pour la première fois en 2017.
Après avoir sorti un premier EP de cinq titres en 2019 et la vidéo de Beauté Future en septembre dernier, Tiste Cool est de retour avec le clip de L’amour en Pyjama.

Si sa voix un brin nonchalante se marie joliment avec sa pop très calme, on se rendra vite compte que cette chanson évoque l’histoire d’un looser attachant, touchant mais surtout seul, abandonné un beau matin. Néanmoins, l’artiste a ce don de rendre ses textes même les plus cafardeux un peu moins tristes.

Alors, nous pouvons qualifier Tiste Cool de chanteur qui nous fait du bien, et qui prouve qu’une thérapie par la musique existe bel et bien. La preuve avec L’amour en Pyjama, premier extrait d’un EP à venir (bientôt).

[ALBUM] L’artiste du futur se prénomme Timothée Joly

Timothée Joly est un auteur, compositeur, interprète et producteur parisien, qui n’hésite pas à jouer avec les styles et les genres. Après avoir collaboré avec le duo français The Pirouettes, Zuukou Mayzie ou encore la chanteuse Oklou, l’artiste se livre aujourd’hui à nous avec cinq titres plus beaux les uns que les autres, qui constituent son deuxième EP.

PLASTIQUE (Europe) est un disque où Timothée Joly se met à nu, nous invitant à découvrir son univers qui lui est propre, où ses côtés solaires et sombres se mélangent à la perfection.

Après avoir sorti les deux merveilleux titres Un Cœur et Glaçon, l’EP de Timothée Joly lui confirme sa place de nouvelle figure de la pop française, abordant alors avec poésie un thème prédominant qui nous parle à tous : la complexité du monde qui nous entoure.

Puisqu’une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, un troisième clip représentatif de cet EP voit également le jour ; celui de Laisse Briller (Les Étoiles), réalisé par Sébastien Rabaste et qui tombe à pic pour le lancement de la fusée qui emmènera Thomas Pasquet dans les étoiles.

Le futur c’est demain, et Timothée Joly en est la preuve.

[ALBUM] À toi, amoureux de l’amour

Sa voix ne nous est plus inconnue depuis qu’il a repris le très célèbre titre de Rihanna, Diamonds. C’est un artiste sensuel et qui raconte ses propres histoires, celles qu’il a vécu et qui ne l’ont pas laissé indemne.

Josef Salvat nous chante l’amour dans un nouvel EP.

Ce dernier est constitué de huit titres écrits entre août et septembre 2020, à une époque où les histoires d’amour d’un été commencent à entrer dans une phase « d’aboutissement ». C’est un disque pour les coeurs joyeux et les coeurs brisés, pour ceux qui croient en l’amour, ceux qui n’y croient pas encore et ceux qui sont amoureux de l’amour.
Joseph Salvat est de ces artistes qui font de la musique pour traiter directement une émotion plutôt qui d’y réfléchir après coup.

Plus vrai que jamais, l’artiste se confie à ses auditeurs à travers The Close / Le Réveil, que ce soit en parlant de premiers amours ou de ceux qui n’arrivent jamais, de la complexité d’un couple, du plaisir charnel ou tout simplement du fait de s’épanouir personnellement grâce aux relations que nous rencontrons au cours de toute une vie.

À toi qui aime tant l’Amour avec un grand A, ces chansons sont faites pour toi.

En collaboration avec Priscilia – Le Bureau de Sarah

[CLIP] Le road-movie instrumental de Klein

Lui, a été pendant un temps le guitariste de Clara Luciani et a participé au succès de son premier album. Le réalisateur de ce clip, Nevil Bernard, a notamment travaillé avec le groupe français (à suivre de très près) Catastrophe, ou encore avec Theo Lawrence & The Heart. À eux deux, ils nous livrent un road movie, une ballade initiatique et psychédélique.

La Chanson de Lili, c’est le premier single et clip du projet solo dans lequel Klein s’est lancé cette année.

C’est un titre qui revient à l’essence même de la musique instrumentale, inspiré par les sonorités disco turques et des formats courts de films d’horreur italiens des 70’s. Entre lignes de synthés et de guitares, entre pop solaire et lo-fi nostalgique, Klein nous montre dans cette première esquisse son côté multi-instrumentaliste et nous fait comprendre en musique que le meilleur reste à venir.

En collaboration avec Marie Mougin

[CLIP] Amouë et son maelström de sentiments

Elle apprend le piano au Vietnam où elle a habité pendant huit ans et, à sa majorité, décide de rentrer en France pour se frayer une place dans le monde de la musique. Captivante et sauvage, c’est en tant que chanteuse dans le groupe Kazy Lambist qu’elle se fait connaitre.

En 2021, Amouë prend son envol et se lance dans une carrière solo en chantant désormais en français et en murmurant des mots qui abordent les thèmes de la vie et de la mort, de l’amour et des désillusions. Elle se livre comme dans un journal intime, qui lui-même s’apparente à un recueil de poésie. Amouë crée une pop qui lui appartient, envoûtante et électronique. La preuve en image.

C’est l’histoire d’une love story pleine de promesses et de féerie, faite de fantasmes et d’illusions. Et un beau jour, tout s’envole.

Amouë nous chante Tes Larmes et dès les premières notes, on tombe sous le charme de cette rupture amoureuse, solennelle et mélancolique à la fois. Avec ce premier titre extrait d’un album à paraitre courant 2021, elle revient en force sur le devant de la scène, prémisse d’un futur qui lui appartient.

Sobre et sensible, sublime et piquante, Amouë a déjà sa place parmi les nouveaux talents de la scène française.

En collaboration avec Fred – Daydream Music

[CLIP] Stopnicki et sa chanson feel good pour les moments moins cool

Stopnicki ou de son vrai prénom Elio a commencé à faire de la musique à l’âge de seize ans et a fait une bonne quinzaine d’année de piano au conservatoire. Il surgit aujourd’hui avec un premier clip appelé Ça dit quoi ?, ou ta dose de good vibes pour la journée.

On en a quelque peu marre des mots « confinement », « couvre-feu », « fermeture des endroits culturels » et Stopnicki nous livre des ondes positives. Entre r’n’b, funk, soul et musiques électroniques, ce pèle mêle nous fait chaud au coeur et vient contraster avec la situation actuelle.

En attendant de découvrir ce que Stopnicki a d’autre à nous faire écouter, Musicaléomentvotre recommande vivement d’écouter ce titre en boucle pour se dire que nous pourrons retrouver le monde d’avant… un jour ou l’autre.

[INTERVIEW] Oscar Anton « Je pense avoir été tellement frustré de ne pas pouvoir sortir de musique pendant ces quelques années que j’avais besoin de faire l’inverse »

L’artiste français Oscar Anton s’est lancé dans un projet fou cette année, en décidant de créer et de partager de la musique chaque mois. Le concept ? Dévoiler trois titres inédits dont un bonus entre le mois de janvier et le mois de décembre 2020. Nous avions donc rendez-vous sur toutes les plateformes et sur les réseaux sociaux d’Oscar tous les derniers vendredis du mois pendant douze mois pour découvrir ses titres, de la manière la plus spontanée qu’il soit. Home of Sanity, c’est le nom de ce projet qui nous a accompagné pendant cette folle année, durant laquelle la musique était une chose, ou que dis-je, un art indispensable. Rencontre avec Oscar Anton, et retour sur son parcours.

Salut Oscar, peux-tu te présenter à ceux qui ne te connaissent pas (encore) ?

Salut ! Je m’appelle Oscar, j’ai 24 ans et je fais de la musique. Je fais à peu près tout depuis mon studio (qui est aussi ma chambre btw), de la composition à l’enregistrement, production et création des visuels. Le confinement fait partie de ma vie depuis un petit moment finalement.

On dit que nos goûts musicaux sont parfois le reflet de ce que nous écoutions plus jeunes. Quel est ton rapport à la musique et comment penses-tu que ton entourage a pu t’influencer musicalement parlant ?

Yes c’est certain ! J’ai grandis en écoutant les disques de mes parents. C’était surtout de la musique internationale, genre Bob Marley, Robbie Williams, U2, Coldplay, James Morrison. On ne regardait pas beaucoup la télé mais on écoutait beaucoup de musique à la maison. J’ai toujours été fasciné par les émotions que pouvaient transmettre les mélodies, sans même comprendre un mot j’avais l’impression qu’on me racontait une histoire. Hyper naturellement j’ai voulu en raconter moi aussi par la suite.

Avec du recul et de l’expérience, comment est-ce que tu caractérises ta propre musique ?

Je crois que je fais de la pop au sens très, très large haha. J’essaye de ne me limiter à rien, je pense que j’ai tellement à apprendre et à découvrir que je ne vois aucun interêt à me cantonner à un style en particulier. Cette année, j’ai été inspiré par du jazz, de la bossa- nova, de l’électro, de la soul et cinquante autres sous genres. Tant que la chanson me touche j’en suis fier, peu importe l’orientation artistique de celle-ci.

Après avoir été signé pendant trois ans chez Polydor, tu as décidé de te lancer en indé. Pourquoi avoir fait ce choix ?

Encore une fois, je pense tirer un vrai apprentissage de ces trois années. J’ai signé en label à 19 ans, avec quelques chansons seulement dans mon ordinateur. Je pensais qu’avec des équipes et une organisation, tout irait beaucoup plus vite ; ça a été le contraire. Les grosses maisons de disques ont beaucoup d’artistes, énormément de projets à gérer et lorsqu’on arrive, on n’est pas la priorité. Il fallait toujours attendre quelqu’un, quelque-chose, le bon moment… Je voulais apprendre, composer, me tromper, avancer, mais je n’avais pas cette liberté. J’ai donc décidé de quitter le label, et de tout gérer seul. Cette fois-ci, succès comme échecs, je serais seul responsable.
Enfin, au delà de cet aspect organisationnel, je n’étais pas du tout d’accord avec la stratégie du label, pour moi en retard sur la consommation de musique actuelle. Ma génération et de plus en plus celle de nos parents, a adopté la digitalisation. On écoute notre musique sur les plateformes de streaming, réseaux-sociaux… et la stratégie doit se faire dans ce sens. Les statistiques d’écoute sont disponibles en temps réel et impliquent des décisions ultra rapides, difficiles pour d’anciens modèles.

Tout ça pour dire que maintenant, je fais un peu ce que je veux… haha.

Penses-tu alors que le fait d’être dans une Major peut « imposer » des limites dans un processus de création ?

Ça dépend évidemment du label, certains l’ont très bien compris mais d’autres peinent encore, surtout en France.
En tant qu’artistes, nous ne sommes plus limités au format d’album ou EP pour sortir notre musique, le streaming nous permet par exemple de sortir des titres quand on veut, sous n’importe quelle forme. Et je pense que de la même manière le public est en train de changer sa façon d’écouter et suivre les artistes. Lorsqu’on me demandait de patienter six mois avant de sortir un nouveau titre pour que les radios aient le temps de le diffuser, j’ai sorti trois titres par mois sur toute l’année 2020. Grâce à ça, j’ai multiplié par 70 mon nombre d’auditeurs mensuels sur Spotify (eheh).

Tu t’es donc lancé un challenge cette année : celui de sortir un pack de trois titres dont un bonus tous les mois. Peux-tu nous parler de ce projet ? Comment est-ce que cette idée t’est venue ?

Je me suis lancé dans ce projet en sortant du label justement. Je me suis dis « quelle est la façon la plus spontanée de sortir ta musique, et qui te poussera à découvrir un maximum de choses ? ». Projet hyper dur, tellement de travail et très peu de sommeil mais fier de l’avoir accompli jusqu’au bout. Je pense avoir été tellement frustré de ne pas pouvoir sortir de musique pendant ces quelques années que j’avais besoin de faire l’inverse, de tout donner chaque mois, seul, depuis ma chambre.

Sur certains titres (Nuits d’été et Reflet), on peut d’ailleurs entendre ta soeur, Clémentine. Pourquoi était-ce important qu’elle chante avec toi ?

Ça s’est fait vraiment naturellement. Je ne savais pas qu’elle voulait chanter jusqu’au début de cette année, où elle m’a envoyé un mémo vocal avec le début d’une chanson. Avec le confinement, on s’est retrouvés chez nos parents et avons terminé le titre. Comme j’étais en plein dans mes sorties chaque mois, ça nous faisait une super excuse pour sortir le titre sur un des packs. Voilà, c’est tout haha, on voulait que ça soit le plus spontané possible. Je suis hyper content de ces chansons, Clémentine compose des choses magnifiques et tellement différentes de ce que j’ai l’habitude de faire. Ça me permet de me mettre un peu en arrière, et d’essayer d’être au plus proche de ses goûts et sa vision des chansons, c’est cool !

Tu as également fait un feat avec Esken (L’Ange passe), qui est un peu plus sombre si je peux me permettre. Peux-tu nous parler de cette collaboration ?

Haha tu peux te permettre. Je voulais vraiment faire une collab’ avec un rappeur cette année, encore une fois pour essayer quelque-chose de nouveau. J’ai composé cette chanson sans vraiment savoir comment l’aborder, et j’ai entendu les titres d’Arthur (Esken) quelques temps après. J’ai trouvé ses textes, sa façon de poser ses mots et sa voix vraiment singulière, je lui ai envoyé le titre et ça a donné L’ange passe. On s’est retrouvés en studio (dans la chambre d’un pote) ensuite pour la terminer. C’est un mec super cool et vraiment talentueux. Je crois qu’il sort un titre par mois cette année donc force à lui, il le mérite !!

J’ai pu lire que la musique était le vecteur de toutes tes émotions. Comment te sens-tu justement face à la crise que nous vivons depuis un an ?

Comme tout le monde je pense, il n’y a pas de bonne façon de l’aborder. Je pense qu’on fait comme on peut, on essaye de trouver refuge dans ce qui passionne, ceux qu’on aime. C’est comme si le temps était un peu mis sur pause, donc autant le voir comme une opportunité de rectifier deux / trois trucs, changer de trajectoire si besoin. La solidarité se fait sentir je trouve, et ça c’est chouette.

Pour conclure et en espérant que la situation évolue dans les prochains mois, quelles sont tes espérances, tes attentes, tes objectifs concernant ta musique et à la vie post- covid ?

Hahaha tu sais quoi, je n’en sais rien et on verra bien. Le seul objectif est de rester aussi spontané car c’est comme ça que je me sens le mieux. Ce qui est certain, c’est que je vais continuer à faire et sortir de la musique autant que possible car c’est ce que j’aime le plus. J’ai quelques objectifs en tête hein, bien sûr, mais je les garde pour moi haha.

Merci les gars, à très vite !

Merci à Oscar et à Camille (La Mission) pour le temps consacré à cette interview

[SINGLE] Josef Salvat chante la liberté, sur fond d’électro-pop

Après avoir sorti un album de douze titres au début de cette étrange année qu’était 2020, le chanteur australien était de retour ce week-end avec deux nouveaux singles.

Alors qu’un nouvel EP nous appartiendra bientôt, Josef Salvat (connu pour sa reprise de Diamonds de queen Rihanna) nous livre One More Night et Peaches, qui sont à écouter fort pour se sentir bien.
S’il a en fin d’année sorti un double single qui parlait de rupture, de séparation et d’amour déchus, ces deux nouveaux titres sont semblables à une bouffée d’ondes positives, qui parlent de plaisir charnel et du fait de faire des erreurs et d’en ressortir plus grand, plus fort.

Les chansons One More Night et Peaches pourraient construire à elles seules une B.O intime et pleine d’assurance, puissante et d’une grande douceur en même temps, sur fond de musique électro-pop et aérienne. Il me tarde de connaître la suite de ce tout nouveau projet.

En collaboration avec Priscilia Adam

[CLIP] Le roadtrip pop de Météo Mirage

Voyage entre les lignes de la pop élégante de Météo Mirage.

Le quintet parisien revient aujourd’hui avec un nouveau clip, portant le nom de Ton Nom et extrait d’un EP à venir dans les prochains mois.
Ce clip réalisé par Baptiste Perrin (Pépite, La Récré…) nous plonge dans un road trip sans direction ni destination tout aussi poétique que psychédélique, le tout fait de peintures animées aux mille couleurs.

On se lance alors vers une route sans fin faite de souvenirs omniprésents et de mémoire envahissante. Les coups de pinceaux se fondent dans les mots et les guitares de Météo Mirage, ces derniers s’enfonçant dans des paysages colorés. Ton Nom est une sorte d’échappatoire auditif et visuel, nous permettant alors de nous éclipser le temps d’une chanson hors du temps.

En collaboration avec Marie Mougin

[ALBUM] Dans l’intimité de Basile Di Manski

Habitué à chanter en anglais, Basile Di Manski souhaite faire de 2021 une année de challenge en optant pour des chansons en français.

Né à l’aube des années 90, Basile Di Manski a connu la musique grâce aux cassettes de ses frères et depuis, n’a plus jamais mis cet art de côté. Et pour preuve ! Il compte depuis 2015 trois EPs ainsi qu’un album. Aujourd’hui, l’artiste parisien revient plus neuf que jamais avec son deuxième album, Les Nouveaux Quartiers.

Basile a ce don de pouvoir se réinventer sans cesse, en testant à chaque fois de nouvelles choses pour être hors du commun ; et ça lui réussit. Les Nouveaux Quartiers est composé de dix tracks plus authentiques que jamais puisqu’elles sont issues de démos qui ont vu le jour mi-2020.

Brillamment, Basile Di Manski nous raconte une nouvelle fois des histoires faites d’images et de souvenirs, nous parle d’amour, d’échecs ou encore de l’avenir avec bienveillance et sur un fond pop. Dix chansons à écouter sans modération.

En collaboration avec Alexandra – Tomboy lab

[ALBUM] Le retour de LaFrange et de ses sad love songs

Elle chante depuis sa plus tendre adolescence, et c’est sous le nom de LaFrange que Zoé a commencé à écrire et à composer ses sad love songs, pour le plus grand plaisir de nos oreilles.

À travers six chansons des plus personnelles, LaFrange revient sur ses souvenirs d’enfance et d’adolescence ainsi que sur ses premiers émois, le tout romancé sur fond de musique pop-folk.
Son second opus porte le nom de Everything’s Fine. C’est un EP qui se veut intime et introspectif, mais où chacun peut se retrouver, s’identifier. La voix et l’acoustique de Zoé nous séduisent avec une subtilité gérée à la perfection : elle nous livre aujourd’hui un projet sentimental qui fait office de passage à l’ère adulte.

LaFrange possède ce don d’écrire des ballades, solaires et nostalgiques. La chanteuse propose un opus hors du temps et conclut comme dans un drame romantique par : Everything’s Fine. Pour résumer : c’est l’EP qui nécessite d’être écouté par tout le monde, et sans modération.

Disponible sur toutes les plateformes.
Photos : Quentin Pepion & Tina Rozen