[LIVE] La Grande Party annonce sa Grand Tournée, et présente ses six lauréats

Si la capitale et ses environs ont la chance de pouvoir découvrir et faire vivre de nouveaux artistes talentueux, c’est en partie grâce à de nombreux dispositifs mis en place, permettant aux artistes et musiciens de s’attirer la lumière des projecteurs.

Là est aussi la mission de La Grande Party, dispositif de repérage et d’accompagnement de la jeune création musicale du Grand Paris.
En février et mars de cette année, et après des heures et des semaines de pré-sélections, douze artistes sont venus défendre leurs projets lors d’auditions pour acquérir le statut de lauréat de La Grande Party. Ces artistes et groupes venus d’univers différents, ont pu se produire sur les scènes du Hasard Ludique, du Point Ephémère, du Pop Up! du Label et du FGO Barbara, où ont été réunis plus de 1000 spectateurs et un jury de 25 professionnels.

Début avril, La Grande Party révélait les six lauréats de l’édition de cette année.

Six lauréats, pour six univers musicaux. Ils font de la chanson, du rock, de la pop voire de la musique électronique et de la world music. Ils nous ont fait danser, chanter, pleurer et même pogoter. Ils ont réussis à réunir un public de tous âges confondus, venus d’ici et d’ailleurs.
Aghiad, Bernice, Chat Perché, Helma, Supreme Love Affair et Mōna sont les artistes à suivre cette année et se lancent dans La Grande Tournée, qui débutera pas plus tard que ce jeudi 21 avril.

Qui sont-ils ?

AGHIAD : un mélange de pop arabe, de musique électronique et de new wave. Sur scène, ils sont trois : Aghiad, Tom et Billy.
BERNICE : une autrice-compositrice-interprète qui peut nous faire penser à Björk, et qui apporte des sonorités électro à la mélancolie.
CHAT PERCHÉ : un chanteur-musicien-réalisateur à la musique hybride, qui créer la musique de demain.
HELMA : une artiste au potentiel énorme, qui nous offre une performance et une expérience encore jamais vues.
MŌNA : une auteur-compositrice-productrice autodidacte qui nous emporte dans sa bulle et nous fait danser, chanter.
SUPREME LOVE AFFAIR : un mélange de balades et de pogo, réunis autour d’une musique pop et électronique puissante.

Si certains ont déjà pu découvrir sur les plateformes de streaming ou (encore mieux) en live, il sera désormais possible de re-découvrir leurs performances aux quatre coins du Grand Paris.

Les premières dates pour venir voir les shows sont ci-dessous (et ça promet).
Où est-ce qu’on se croise ?

LA GRANDE PARTY ET SA GRANDE TOURNÉE

[CLIP] Les Kids Return s’invitent dans une école pour la session acoustique de « Forever »

Nous n’avons peut-être plus à présenter Adrien Rozé et Clément Savoye, les deux ami qui forment le duo pop et mélancolique Kids Return. Si ces derniers ont déjà parcouru bien des villes et des continents depuis le début de leur tournée internationale (Paris, Berlin ou encore Bruxelles), les deux auteurs-compositeurs français prennent tout de même le temps nécessaire pour continuer de teaser leur premier album, Forever Melodies, prévu pour l’automne 2022.

Alors que trois sessions (Melody, Our Love, Orange Mountains) sont déjà disponibles, Kids Return est de retour avec cellede Forever, un hymne aux premiers amours, ancré dans une atmosphère intimiste.

Cette fois-ci le duo place la barre encore plus haut.
Dans cette session réalisée par Tara-Jay Bangalter, Kids Return investi une école et appelle à chanter avec eux une dizaine d’enfants de la Chorale des Petits Chanteurs de Saint-Louis, créant alors une ambiance spontanée et des plus sincères.

Pendant ce plan séquence, Adrien et Clément s’accompagnent d’un clavier, d’une guitare et de leurs habituelles harmonies vocales, mettant alors en images et en chanson l’histoire d’un amour lointain, teintée de romantisme et de spleen.

Kids Return est à (re)découvrir sur scène le 17 mai, à La Boule Noire (75), sur la route des festivals cet été, et dans le reste du monde toute l’année.

[ALBUM] Papooz est de retour avec « None Of This Matters Now », et c’est le parfait album pour la saison

Papooz, c’est un peu le groupe qui ne vieillit jamais.
Et pour preuve, Ulysse Cottin et Armand Penicaut, qui forment le duo depuis maintenant près de sept ans, viennent de sortir leur nouvel album, qui nous fait immédiatement chaud au cœur.

Cette année, les « enfants » d’antan très fortement inspirés les Beatles ou encore par les Velvet Underground, reviennent avec un troisième disque, None Of This Matters Now.

Papooz est à Musicaléomentvotre ce que peut être A. Hitchcock pour les passionnés de thrillers. Sincèrement.

Le duo mélange avec prouesse pop, folk et rock d’autrefois, sans omettre de créer une musique moderne et chaleureuse, comme il nous en a habitué.

None Of This Matters Now, c’est un disque fait de poésie et de sensualité durant la totalité des dix titres qui le concoctent, toujours portés par les voix conciliantes des interprètes et les instruments habituels des musiciens et compositeurs, amenant alors à se laisser porter par la musique.

Cet album prouve une nouvelle fois que Papooz est un des duos français pile dans l’ère du temps, qui sait comment juxtaposer entre elles des notes au piano et d’autres à la guitare, qui sait comment être rock et nonchalant en même temps, qui sait comment délivrer des textes intimes sans pour autant en dire trop.

Papooz vient de nous livrer None Of This Matters Now, et c’est un album qui fait du bien, qui console et qui nous rappelle que le bonheur se trouve parfois dans les petites choses de la vie.

[ALBUM] Le groupe français SOS Citizen sort « An Extended Play », un premier EP aux multiples facettes

SOS Citizen fait partie des groupes qui ont été plus ou moins inspirés par le confinement pour créer de la musique. Entre le début de cette période d’isolement et aujourd’hui, soit presque la fin de ce long tunnel, Louise, Alan et Bruno ont eu le temps sortir quatre titres, avant de nous livrer leur tout premier EP.

La musique de SOS Citizen se veut un brin rétro et surtout envoûtante.

À travers les cinq titres de An Extended Play, on découvre une voix claire et rassurante, des guitares influencées british music, le tout composé tel une bande-originale pour un film où le temps est bon, où on s’y sent bien.

Les sept titres que l’on retrouve font office de fond sonore le temps d’une balade le temps d’un long fleuve tranquille, le tout en proposant un doux mélange de musique pop et de folk croisée à du rock voire à du garage, mis au gout du jour.

Si le groupe a pu auparavant s’amuser à reprendre certains grands titres de la musique en tout genre, notamment Herbie Hancock, Joy Division, Nancy Sinatra, The Beatles ou Billie Eillish, ce premier EP signe le début d’une nouvelle aventure pour le groupe, et le début du processus créatif de ce dernier.

An Extended Play est désormais disponible partout ; et pour découvrir les chansons de SOS Citizen sur scène, afin de partir en voyage avec eux, ça se passe les 7 avril au Mazette et le 20 avril au Supersonic.

[ALBUM] Kevin Heartbeats détourne les codes de la pop avec son premier EP, « Debt Level Alright »

Producteur et musicien issu de la nouvelle scène, celle qui ose mélanger les genres et les influences, c’est après avoir dévoilé deux titres cette dernière année que Kevin Heartbeats nous offre son premier EP, sorti sur le label S76.

Debt Level Alright, c’est un disque de sept titres qui viennent chacun à leur tour casser les codes traditionnels de la pop en venant y ajouter des influences lofi et hip-hop, le tout porté par une voix séraphique.

Si certain.es ont peut-être eu la chance de découvrir cet artiste en amont, notamment à La Cité Fertile ou sur les scènes du Trabendo et du Pop Up! du Label, il est désormais possible d’écouter ses titres en boucle, sur toutes les plateformes. Ce premier EP s’écoute à tout moment et à toute heure de la journée ou de la nuit, d’une traite ou par petits bouts [même s’il est avéré que tout écouter d’un coup est bien plus plaisant].

La musique de Kevin Heartbeats est avant tout une histoire de sensations.
Il sait manier avec délicatesse son côté « sad boy », réussit haut la main à nous faire danser sur une musique sentimentale et mélancolique, et arrive donc à se classer sans peine dans la catégorie d’artiste avant-gardiste.

Il sera possible de découvrir une version live de Dept Level Alright le 24 mars le long du canal Saint Martin, dans le cadre de sa release party au Point Ephémère. Et il est très probable de tomber encore plus sous son charme…

[CLIP] Claire Faravarjoo est de retour avec le clip de « Cigarette » (qui parle d’amour)

Cinq ans après la sortie de son tout premier EP Minuit, suivi par un premier album qui nous a conquis en 2020, Claire Faravarjoo est de retour pour célébrer ce 14 février.

Si la chanson s’appelle Cigarette, et est extraite de l’album Nightclub, elle n’est aujourd’hui qu’un prétexte pour parler d’amour, et pour mettre ce sentiment en images dans un western moderne, réalisé par Laurie Bisceglia.

Telle une cigarette, l’amour se consume, fait piquer les yeux (parfois) et fait pleurer (souvent). À travers une éternelle musique électro-pop, Claire Faravarjoo arrive à mettre des mots sur cette émotion indépendante de notre volonté, à travers l’histoire d’un amour déchu, qui finit par partir en fumée.

Si la chanteuse et multi-instrumentaliste figure comme une des artistes les plus prometteuses de la scène française actuelle, il nous tarde de la (re)découvrir dans la réédition de Nightclub, à paraitre au printemps ; version deluxe dans laquelle seront ajoutés deux nouveaux titres (que tu connais peut-être déjà si tu as pu écouter Claire sur scène ces dernières années…).

Vivement le retour des beaux jours.

[CLIP] Antonin Appaix est de retour avec le clip de « Flashdance »

Si nous ne devions choisir qu’un seul et unique artiste en ce début 2022 pour faire (re)venir les « good vibes », ne cherchons pas plus loin : le rayon de soleil qui nous manquait n’est autre qu’Antonin Appaix, muni de son tout nouveau clip.

Certains le connaissent depuis 2020, année où Aquaplaning, son premier EP a vu le jour. D’autres le connaissent aux côtés de Juan Wauters, avec qui il forme un duo. Aujourd’hui, Antonin sort Flashdance, un titre pop accompagné par un clip réalisé par Thomas Gerard.

Avec Flashdance, c’est un véritable titre solaire et italo-disco que nous offre le marseillais. Véritable ode au mouvement et à la liberté, le titre est inéluctablement inspiré par le film « Caro Diaro » du réalisateur Nanni Moretti, que l’artiste admire depuis bien des années.

Antonin Appaix nous invite à venir le rejoindre danser au bord de l’eau ou en pleine rue, de jour comme de nuit, afin de s’auto-consoler à la vue du temps morose qui plane sur la ville. Et ce titre nous fait sincèrement chaud au cœur.

[CLIP] Pauline Bisou jongle entre ombre et lumière dans son premier clip, « Soleil Noir »

Pauline a 35 ans et c’est une fille de la Méditerranée, là où le soleil tape (presque) 365 jours par ans. Après être passée par le stylisme, le graphisme et le design, c’est dans l’écriture et la musique que nous retrouvons cette artiste pluridisciplinaire.

Pauline Bisou vient de sortir Soleil Noir, son premier clip oscillant entre ombre et lumière, et entièrement auto-produit grâce à une levée de fond sur Kiss Kiss Bank Bank.

Ce clip, réalisé par Édouard Granero et construit en diptyque, raconte un amour toxique et l’escalade de la violence entre deux individus. C’est un clip qui lie complicité et colère, qui s’inscrit parfaitement bien dans l’air du temps et qui peut (mal)heureusement parler à tout le monde.

Soleil Noir retrace l’histoire « d’un tableau tinté d’ecchymoses« , d’un amour pervers, d’un parcours de résilience. Et ça, Pauline Bisou a su le traduire avec une grande justesse, en apportant tout de même un souffle d’espoir, à travers ses paroles.

[CLIP] JOE ajoute une touche jazzy à « Miroir » d’Ichon

Si le label parisien Cookie Records pouvait jusqu’aujourd’hui se vanter d’avoir une partie de la crème des artistes français de signés chez eux, il peut désormais se féliciter de commencer l’année en beauté avec une toute nouvelle signature (et pas des moindres).

JOE, artiste montpelliéraine oscillant entre jazz et pop vient d’arriver dans la team Cookie, en nous offrant une reprise du titre mythique d’Ichon, Miroir, issu de son album Pour de Vrai.

JOE fait partie des artistes aux voix magnifiquement abîmées voire déchirées, sensibles et d’une authenticité hors pairs. Après s’être construite une fanbase sur les réseaux sociaux et avoir été repérée par son nouveau label, JOE qui compte Ichon parmi ses artistes de référence, se devait de lui rendre « hommage » en réinterprétant son titre.

C’est alors en collaboration avec Théo Pace et Noah Poisson (tous les deux membres du groupe LATER. également signé chez Cookie) que JOE décide de sortir une bonne fois pour toute sa version groovy, jazzy et sensuelle de Miroir, validée par Ichon en personne.

Puisqu’une bonne année ne se souhaite jamais sans musique, JOE sera sur le devant de la scène le 18 février à La Marbrerie et nous chantera peut-être (on l’espère), d’autres titres de Morphée, son premier projet disponible le 11 février.

[ALBUM] Periods agit désormais en solo, et sort l’EP « Ruptures »

Periods, c’est à l’origine un trio de trois sœurs qui ont débarqué sur le devant de la scène en 2019 avec un premier disque, Vocodeur 3000. Désormais, Periods ne représente plus que Dana Colin, accompagnée de ses synthés et de ses boîtes à rythme ; constituant un nouveau cycle, une « rupture » avec un temps révolu.

Ruptures, c’est le titre du désormais projet solo de Periods. Ruptures, c’est sept titres tantôt pop, tantôt rock ; un EP féministe qui prône la liberté dans sa généralité.

Dans cet EP, Dana Colin se donne la liberté de passer d’un trio à un solo, la liberté de crier à l’égalité, la liberté de chanter à gorge déployée, la liberté de parler d’amour et de désamour. En même temps, là est tout le principe de la « rupture » : il faut que ça touche, que ça bouscule, que ça marque.
C’est un disque qui ose du début à la fin, tant dans les influences musicales que dans les textes parfois un peu soudains. D’ailleurs, « son texte est vénère mais tu vas finir par la vénérer ». Periods est passé d’un premier EP festif à un EP plus sombre, à l’image de son autrice-compositrice-interprète.

Periods est devenu un espace créatif où les idées fusent, où on s’autorise tout. Ruptures est un EP qui place Dana Colin en tant qu’artiste et non qu’en tant que « femme dans l’industrie musicale » seulement.
La nouvelle vie de Periods peut commencer.

[CLIP] Dani Terreur nous chante ses peines de cœur, sur un air de Bossa Nova

Bad boy blessé et crooner déchu, Dani Terreur est de retour avec un nouveau clip, réalisé par Lucie Bourdeu.

Muni de son blues et de sa poésie habituels, le poète maudit dont on raffole des paroles et des solos de guitare vient aujourd’hui nous chanter ses peines de cœur dans Il Pleut, Elle M’en Veut.

Dani Terreur, c’est notre mec cool (triste) préféré. Celui qui sait manier les mots avec subtilité pour parler d’amour, pour parler d’évènements tristes ou plus joyeux ; pour parler de la vie tout simplement.

Il Pleut, Elle M’en Veut, c’est une chanson qui dresse un autoportrait mélancolique du chanteur, néanmoins porté par une musique reprenant les règles de la Bossa Nova, afin de rajouter un brin de gaité dans cette musique brumeuse, qui dépeint la vraie vie.

Étant un artiste à suivre (de très près), nous nous donnons rendez-vous en 2022 pour découvrir le tout nouveau projet de Dani Terreur (et on a très hâte de le re-entendre se livrer en musique).

[CLIP] Miel de Montagne est de retour avec le clip de « Tomber sur Toi »

Ah… qu’il est bon de constater que Miel de Montagne est de retour.

S’il sortait en 2019 son premier album éponyme avec les titres qui lui ont valu son succès, à savoir Pourquoi Pas et Permis B Bébé, Milan de son vrai prénom officialise son retour avec un tout nouveau single, Tomber sur Toi, mis en images par Guillaume Nicloux et Christophe Offenstein.

C’est dans une mise en scène très simple et authentique que Miel de Montagne nous invite à le suivre dans son quotidien, jonglant entre road trip en skate et sessions studio.

Tomber sur Toi est une chanson encore une fois introspective, qui garde l’allure pop et colorée dont nous avons été habitué(e)s mais parsemée cette fois d’une haute dose de mélancolie, donnant à ce titre une impression d’ascenseur émotionnel au sein duquel Miel de Montagne serait contraint de rester.

[CLIP] Kevin Heartbeats signe une ballade pop avec « Overnighto », son second single

Kevin Heartbeats, signature du nouveau label S76, nous livre Overnighto, la chanson idéale pour accompagner tes soirées, tes nuits fraiches ou fiévreuses.
Mis en images par Laurent Ségretier, ce clip nous plonge dans l’univers poétique et novateur de cet artiste à l’esthétique « clair-obscur ».

Overnighto est sorti le 12 novembre, soit en plein milieu de cette période de grand froid que nous traversons. Coïncidence ? Je ne le pense guère.
Cette ballade au son groovy, pop et mélancolique à la fois nous a été livrée sur un plateau d’argent, sous forme d’interlude parfaite pour nous accompagner lors de marches « dehors dans la night » comme le dirait Laylow. C’est avec légèreté et cette habituelle singularité que Kevin Heartbeats aborde ce titre, introspectif et aérien, nous faisant chaud au coeur à chaque écoute, nous faisant giguer à chaque visualisation du clip.

Si Kevin se lance tout juste dans sa carrière, il est à suivre de très près. L’avant-gardisme nous rattrape toujours, et ce serait absurde de le frôler de si peu.

[SINGLE] Thomas Guerlet, le crooner frenchy est de retour avec « Nobody Knows »

Nul besoin de représenter le crooner du moment. Thomas Guerlet, le français exilé un temps en Angleterre, est de retour avec un nouveau titre, Nobody Knows.

Après trois premiers singles dont une reprise de l’iconique Barbara, Thomas Guerlet nous (re)-fait le plaisir de poser une nouvelle fois sa voix sur quelques notes de guitare. Si certains ont pu avoir le privilège de le voir en octobre sur la scène mythique du Pop Up! du Label, il nous tardait de retrouver ce chanteur de charme dans une balade brute, qui passe désormais sans arrêt dans nos écouteurs.

Thomas Guerlet a ce don de croiser avec aisance la pop et la folk, un brin de Gainsbourg et de King Krule, tout en restant authentique à lui-même, en nous offrant à chaque fois de nouvelles notes de beauté, un soupçon de douceur pour expliquer des choses pas si simples, sans passer par quatre chemins.

Pour les plus fans du chanteur, ce dernier offrira ce jeudi 18 novembre un concert en piano-voix au Consulat, cette salle intimiste qui lui va si bien (et Musicaléomentvotre recommande grandement de passer y jeter un coup d’oeil, une oreille, car ça ne peut qu’être magnifique).

[CLIP] Abel, nouvelle signature d’Un Plan Simple, dévoile son premier clip « Comme Jeté à la Mer »

Après des mois de silence, l’annonce est tombée : Abel est la nouvelle signature du label parisien Un Plan Simple (Keep Dancing Inc, Le Noiseur, Pauline Croze, Romane…). L’artiste autodidacte de 19 ans n’est pas méconnu de Musicaléomentvotre et pour cause : enfant d’internet, Abel nous dévoilait auparavant des covers de maitres de la musique (Gainsbourg, Eddy Mitchell…), et d’artistes de la nouvelle génération (Angèle, Juliette Armanet, Vidéo Club, Vendredi sur Mer…).

Alors quel plaisir de voir que les prochains mois ne lui réservent que de belles choses ; à commencer par la sortie de son premier single, Comme Jeté à la Mer.

Dans ce premier single, mis en images par Vittorio Bettini, Abel chante ses désirs et ses peurs sur fond de musique nostalgique et romantique. S’il a pour idole une certaine Lana Del Rey, qui a d’ailleurs été l’élément déclencheur lui donnant envie de faire de la musique, Abel nous dévoile tout de même une musique à la narration plus qu’intime et singulière. Comme Jeté à la Mer est un titre qui mélange la pop et l’indie rock, en y ajoutant un soupçon de poésie.

Ses textes se lisent comme des nouvelles, ses paroles portées par une voix suave s’écoutent en boucle, sa musique est d’ores et déjà indémodable et son image, ses vidéos, ses clips vintages sont d’une magnifique cinématographie. Si Abel a déjà su se frayer un chemin dans les « coups de coeur » de Général Pop et dans la playlist « Exception Française » de Spotify, il n’a pas pour autant fini de nous surprendre : son premier EP sera disponible au printemps 2022…

[CLIP] Les Bolides boys sont de retour avec « Dans Le Noir » (et c’est un clip qui parle d’amour)

Il y a parfois des artistes que nous n’avons plus besoin de présenter ; c’est par exemple le cas de Samson et de Jay, aka Bolides. Un an après la sortie de leur premier EP Coeur Vagabond, notre boys band français préféré est de retour avec Dans Le Noir, un tout nouveau clip qui nous rappelle à quel point et malgré tout, on aime les chansons d’amour…

En plus d’être le premier extrait d’un EP à paraitre en 2022, Dans Le Noir n’est autre qu’une ode à une âme-soeur imaginaire, à l’Amour avec un grand A, chantée par les Bolides boys, ou nos poètes des temps modernes. Ce nouveau titre, minimaliste et intemporel, est également mis en image par Coraline Benetti, sous forme de faux plan séquence dans lequel nous voyons Samson, coeur sensible et sensuel, hanté par ses fantasmes d’amour idéal, parfait.

Il nous tarde de retrouver Bolides sur scène, munis de leur pop ultra moderne mêlant rap, chanson et sonorités électroniques, et de découvrir par la même occasion ce futur disque qu’on aimerait pouvoir se procurer dès maintenant pour pouvoir l’écouter fort, très fort.

[ALBUM] Sarah Manesse nous dévoile « The Mirage », son premier EP

Certains la connaissent grâce à sa place dans X Factor, d’autres à travers diverses comédies musicales telles que Sister Act ou Grease. Après avoir parcouru les salles de France, de Belgique et de Londres, l’ancienne demie-finaliste de l’émission de télé à succès revient sur le devant de la scène avec son premier EP, The Mirage.

réalisé par Julie Rohart

Sarah Manesse est une chanteuse et musicienne à l’identité sincère et profonde. Mais ça, nous le découvrons dès les premières notes de ce disque, composé de six titres singuliers. Si elle a pu se faire connaître grâce à des grands rôles sur les scènes du Mogador ou au Friedrichstadt-Palast (l’une des plus grandes salles européennes), ce n’est pas pour autant que l’artiste n’a pas gardé les pieds sur terre. Grâce à son authenticité et son naturel portés par sa voix tantôt pop tantôt plus rock, Sarah Manesse a su conquérir les cœurs des plus grands pour produire ce premier EP : elle est tombée entre de bonnes mains, qu’on se le dise, car ce n’est pas donné à tout le monde de pouvoir travailler avec Doug et Drew Yowell (Joe Jackson, Suzanne Vega…), ainsi que Mark Plati (David Bowie, Prince, Les Rita Mitsouko…) ; le tout pour enregistrer, produire et mixer ce disque qui nous emmène au-delà des cieux.

réalisé par Leïla Macaire

Si Sarah Manesse a su nous envoûter en juin dernier avec le clip de Little Flame réalisé par Leïla Macaire, il en est autant pour les cinq nouvelles chansons qu’elle nous partage en ce 1er octobre. The Mirage parle de l’illusion de l’amour, ce drôle de mirage que nous pouvons tous connaitre à un moment ou un autre. L’amour parfois nous tombe dessus, parfois on l’attend impatiemment et d’autres fois on le frôle tout simplement du bout des doigts. C’est intense ou platonique, court ou pour toute une vie. Et de temps à autre, l’amour n’est que mirage, séduisant et trompeur.
C’est, munie de sa voix de velours, insolite et insolante que Sarah Manesse nous raconte toutes ces histoires ; et alors que la musique lui sert d’échappatoire, elle viendra nous chanter ses chansons sur la scène du Pop Up! du Label ce lundi 4 octobre. À ne pas rater.

[CLIP] Praa annonce son premier album avec le clip de « Cry In Public »

Deux ans après avoir sorti son premier EP et des singles tantôt alternatifs tantôt plus pop, Praa est de retour avec un nouveau single. Ce dernier, Cry In Public, est accompagné par un clip, et est la parfaite occasion pour annoncer la sortie de son tout premier album, prévu pour 2022.

Cry In Public marque un nouveau départ pour Praa, qui avait retenu notre attention en 2018 avec Do It All Again. Avec ce nouveau titre, la chanteuse qui écrit des chansons indie pop portées par une guitare électronique décide de se mettre à nu et de renoncer à la peur du regard extérieur.
Elle l’explique : « J’ai perdu trop de temps à me perdre et à ne pas me faire confiance. Besoin de s’émanciper du regard des autres, écouter son moi et se faire confiance ».

À travers ce clip réalisé par Quentin Tavernier, Praa lâche prise sur un son mouvant et électronique, faisant de ce single le premier d’une longue série dédiée aux sentiments assumés.

[ALBUM] Bernhoft, le crooner norvégien est de retour avec un nouvel album, « Dancing On My Knees »

S’il y a bien un disque dont il fallait absolument parler en ce début de semaine, c’est très probablement celui de Bernhoft, crooner qu’on ne présente plus de retour avec un nouvel album, Dancing On My Knees.

Découvert en 2012 avec le disque Solidarity Breaks qui est un essentiel dans ma collection, Bernhoft avait su marquer les esprits, accompagné par sa célèbre pédale de loop. Cette année, l’artiste emblématique de la scène musicale norvégienne revient avec un album de neuf titres des plus personnels, à travers lesquels il se met complètement à nu devant son public.

Dancing On My Knees, c’est un mélange parfaitement bien calibré entre soul et pop, entre ballades et chansons plus dansantes, de titres qui mettent en avant ses doutes et d’autres qui sont de vrais porteurs d’espoir.

Bernhoft est certainement l’un des artistes les plus accomplis de nos jours : multi-instrumentaliste, auteur et compositeur qui depuis près d’une dizaine d’années reste toujours aussi fidèle à lui-même.
Après avoir fait moult concerts à guichets fermés, Bernhoft revient à Paris sur la scène du Café de la Danse ce 2 novembre, pour nous présenter ce nouveau opus très éclectique (qu’on écoute déjà en boucle depuis sa sortie).

[CLIP] Kids Return nous plonge dans la nostalgie des années 70, avec « Melody » et « Our Love »

Le son de Kids Return se situe entre une pop californienne des Mamas and The Papas, des orchestrations de Vladimir Cosma et des bandes sons de Joe Hisaishi.

Mais Kids Return c’est aussi et avant tout, l’histoire d’une rencontre entre deux potes encore tout jeunes, passionnés de musique et de cinéma. D’où ce choix de nom de scène, une référence directe au sixième film de Takeshi Kitano, sorti en 1996.
Adrien et Clément font une musique pleine de mélodies et d’émotions, romantique et mélancolique, portée par des instruments très organiques, allant de la guitare acoustique aux synthés analogiques. C’est entre leur studio parisien et une maison des Pyrénées que sont nés deux premiers titres : Melody et Our Love.

Kids Return nous emmène en balade, en passant de sonorités modernes à sonorités nous rappelant les années 70.

À travers Melody et Our Love, Clément et Adrien démontrent la profondeur que contient la fausse naïveté de l’enfance, et la puissance évocatrice de la nostalgie. Melody est une sorte de musique de film romantique et mélancolique, qui puise dans l’influence de la French Touch, aussi énergique que Blur et harmonique que MGMT. Our Love est quant à lui plus dansant, sans pour autant perdre les racines musicales du premier titre : il est élégant, vivant, groovy et funky, tout en gardant cet air mélancolique qu’étrangement, nous adorons.

(C’est un duo à surveiller de [très] près).