[CLIP] L’opéra rock de BOPS mis à l’honneur dans le clip de « R.A.V.A.C.H.O.L »

Si les trois personnages ci-dessous semblent avoir des gueules d’anges, ils représentent pourtant bien les enfants terribles de la scène rock actuelle. Le trio vient de Rennes, ils font du rock ou plutôt de l’opéra rock, et sont fins prêts à faire parler d’eux dans la France entière (et plus si affinités).

Après un premier album en 2017, un clip d’une quarantaine de minutes pour présenter les titres de ce dernier et leur dernier single Bouncer, BOPS est de retour avec le clip décalé et rock de R.A.V.A.C.H.O.L.

Ce titre, mis en images par Baptiste Hennequin, sonne comme un hommage au défunt militant et anarchiste François Koënigstein dit Ravachol. La notion d’opéra rock s’est donc installée telle une évidence pour ces rock stars rennais (car en effet, l’opéra rock apparu dans les 60’s use de la musique pour raconter le drama d’une histoire, soit celle de notre cher François). A travers ce clip, le groupe se met dans la peau du célèbre dissident afin de lui donner la parole.

Si ce titre peut nous faire penser à Foxygen ou puise d’influences tout droit venues des années 70, BOPS arrive tout de même à se démarquer de ce qu’on peut entendre de nos jours. En mêlant rythmes tantôt dansants tantôt plus déchaînés, le trio nous offre sa propre perception de la pop-rock contemporaine. Ce mélange de genres sera à découvrir plus amplement dès février 2022, puisque le groupe prépare son second disque, qui portera le nom de Sound of Parade.

[ALBUM] Vitalic fête ses 20 ans avec « Dissidænce épisode 1 »

2005 : Trahison. 2009 : Poison Lips. 2012 : Stamina.

Trois titres parlants, tu me diras. Si c’est derniers ont fait de lui une des figure emblématiques de la French Touch depuis les années 2000, lointaine est l’idée de s’arrêter en cours de route. Après son dernier album Voyager sorti en 2017, le producteur caméléon Vitalic signe son grand retour avec huit nouveaux titres extraits d’un double album, DISSIDÆNCE.

Au cours de cette année, trois singles annonçaient déjà la sortie de cette première partie d’album : Carbonized, un premier extrait qui présageait un retour très attendu, 14AM, un titre plus vaporeux et enfin, Rave Against The System en duo avec Kiddy Smile qui nous rappelait l’énergie inimitable que l’on retrouve en rave. C’est clair, net et précis, Vitalic est bel et bien de retour pour faire danser nos corps et nos âmes.

Au sein de Dissidænce épisode 1, on peut retrouver de la pop, du rock, de la techno et parfois même une once de punk si l’on tend bien l’oreille. Vitalic est un artiste touche-à-touche, et c’est bien pour cela que ce nouvel opus est divisé en deux parties :

En le composant je me suis rendu compte que huit titres me semblaient trop peu pour un album et seize vraiment trop et du coup j’ai décidé de couper le tout en deux ! – Vitalic

Ces premiers huit titres font figure de très belle introduction à ce qui arrive par la suite, à savoir un disque encore plus hardcore, signant un retour aux sources et un condensé de ce que le producteur sait faire de mieux. Entre titres électro-disco, punk-électro, beats martiaux et gimmicks électroniques, on ne peut s’empêcher de penser que la suite nous impressionnera encore, encore et encore plus.

Si Vitalic est connu pour ses titres énergiques et pour ses remixes effrénés pour le grand Etienne Daho ou pour la DJette Louisahhh, n’oublions pas de préciser ses live shows sont tout aussi remarquables.

Et, tu t’en doutais peut-être, mais livrer un album sans scène à la clé n’était pas envisageable. Rendez-vous donc le 12 mars 2022 à l’Accor Hotel Arena (Paris) pour fêter les 20 ans du producteur, tout en laissant nos corps être habités par la musique de ce maestro de la musique électronique.