[SINGLE] Glabs et la distorsion du temps

Temps : n.m.s : Notion qui rend compte du changement dans le monde. Il n’en existe pas de mesure.

D’abord ingénieur du son, c’est après avoir commencé dans l’obscurité des studios parisiens que Glabs a pu vivre des collaborations avec des grands noms (Lenny Kravitz, Alicia Keys ou Michel Legrand pour ne citer qu’eux).
Violoniste, pianiste et guitariste, il décide finalement de quitter les « vrais » instruments pour se mettre aux machines plus électroniques et hypnotisantes.

Aujourd’hui, il est de retour avec Hours, extrait d’un nouvel EP à paraître en 2021.

C’est un titre électro-pop hautement atmosphérique, magnétique et sophistiqué.

Glabs s’interroge sur le temps qui se suspend quand le moment est trop intense, ou au contraire s’écoule t r è s lentement. Il ne se prive pas d’accélérer, de ralentir et de contrôler la vitesse de son titre dans un slow motion parfait.
Un second titre issu de la B.O du film Les Cobayes sortira le 25 novembre.

En collaboration avec Suzon Depraiter

[ALBUM] Janie, la petite blonde de la scène pop

Elle écrit et compose, nous chante des ritournelles et ses maux.

Janie a la vingtaine et sait s’imposer sur la scène de la pop française accompagnée de sa voix murmureuse de chansons douces et acides, intemporelles et inscrites dans l’air du temps.

Après avoir sorti une saga de piano / voix, Janie nous a livré à minuit son tout premier EP, Petite Blonde.
Cet opus est aussi dansant que touchant et à travers ce dernier, on retrouve une Janie plus sincère et introspective que jamais.

C’est probablement l’étoile montante de la pop romantique et mélancolique.

Petite Blonde c’est l’histoire de Janie.
L’EP est composé de cinq titres où elle nous laisse des Mots (pas si) Virtuels notamment avec Foé sur fonds de piano simples ou sombres, des titres qui nous donnent envie de retourner en Discothèque pour enfin se lâcher à travers des mooves endiablés. Et si Janie sait te faire danser sur sa pop vintage, elle saura aussi comment faire frissonner ton corps tout entier avec Gremai et Mon Idole.

Alors reconfiné.es oui, mais bien accompagné.es.

En collaboration avec Balkis Bouhouch – Scopitone Media

[ALBUM] Teorem et ses punchlines conscientes

En 2016 il a fait un disque. En 2017, il a monté son label. En 2018, il a fait un autre disque et en 2019 il a sorti deux singles.

En 2020 et ce malgré notre ami le Covid-19, il a sorti un troisième disque. C’est Teorem.

Teorem est un parolier et producteur qui fait passer la conscience avant les punchlines et les instruments avant les boucles. C’est un artiste qui s’inspire de musiques d’ici et d’ailleurs, de la scène électronique et des sound systems pour nous proposer des singles qui le représentent à merveille.

Après avoir conquis le cœur de Radio Nova (et celui de Musicaléomentvotre), Rémi Libéreau de son vrai nom revient avec Trois X Rien, un EP de cinq titres à écouter sans modération.

Sur ce dernier disque, on réfléchit, on est nostalgique et on danse tout autant car c’est un EP plus joyeux que les précédents. En même temps, ce n’est pas un peu la seule chose dont on avait réellement besoin cette année ?

En collaboration avec Fabien Furst

[SINGLE] Thomas Guerlet, l’homme solitaire aux smokings

Ayant seulement la vingtaine, Thomas Guerlet écrit, compose, produit et interprète seul ses titres.

C’est un mic-mac entre Gainsbourg, King Krule, Chet Baker et les Strokes, un frenchy qui porte le smoking mieux que personne et avant tout, une voix de vrai crooner sur des mélodies douces.

Cinq mois se sont écoulés depuis la sortie de son premier single How Strange et c’est début octobre que Thomas a décidé de nous dévoiler un nouvel extrait de son futur EP (qu’ici on attend).

Crystal Clear est un titre spontané, à fleur de peau et à travers lequel il décrit la rage et l’incompréhension face à certaines émotions.

Après 7 ans à Liverpool, Thomas Guerlet revient à Paris avec de la musique en tout genre plein la tête, et fait même un sold-out à La Boule Noire, lorsque la vie culturelle n’était pas synonyme d’une époque révolue.

Son EP est à venir en printemps 2021. On en a l’eau à la bouche.

En collaboration avec Cécile Callens

[CLIP] L’univers entêtant d’Obsimo

Alors que la planète tout entière est en roue libre, tout ce qu’on souhaite c’est d’être envoûté.es par une musique. Une de ces musiques qui nous font vibrer de l’intérieur, qui mettent le monde sur pause, celles dont on ne ressort pas indemne.

Par chance, le duo électronique bordelais Obsimo vient de sortir Club Memories, un titre qui nous enivre dans une toute autre dimension.

Même si le clip est un message qui fait tristement écho à la situation actuelle et que tous les petits plaisirs de la vie semblent disparaitre à perte de vue, Andreï et Antonin nous permettent de vivre la sensation de clubbing à travers un clip en 3D réalisé par le youtubeur Atom.

Ici, les mannequins se substituent aux humains.
Et si c’était ça, l’avenir de la fête ?

[CLIP] En club depuis chez toi avec SoundQ

« Life is a rhythm. Art is an organization of rhythms. » – Joseph Campbell

À l’heure où le gouvernement français nous supprime les petits plaisirs de la vie tels que les bars, certains endroits publiques ou le simple fait de se rassembler autour d’une musique endiablée, il nous reste tout de même la liberté de danser sur le nouveau titre de SoundQ (aka Soundquake).

Bad Lot, c’est une ballade pour les marginaux sur fond de house music. C’est un rythme, puis un autre et un énième qui racontent une histoire.

Bad Lot est un drame menaçant et si la production est intense, elle laisse encore de la place à son message : malgré tous nos efforts, quelles que soient les décisions que nous prenons, nous finissons par répéter les mêmes actions.

Mais c’est aussi un titre plein d’espoir qui nous rappelle que quoi qu’il arrive, nous sommes toujours libre de danser à notre guise. Alors n’hésite pas à monter le son dès 22H et à faire danser tes voisins.

[CLIP] L’hypnotisante Rosemarie

Avant d’écrire cet article, j’ai du écouter approximativement 100 fois Rosemarie.

Elle arrive fraichement dans la sphère musicale avec son tout nouveau projet de chanson française. Auparavant appelée Paillette, c’est armée de sa voix et de sa musique hypnotisante que Rosemarie laisse de côté l’anglais pour chanter en français.

Nuit d’été, c’est son tout premier clip.

Une poésie douce, accompagnée par une sobre musique et un clip tourné dans le département de la Loire. On n’en ressort pas indemne.

C’est avec une musique et des paroles percutantes, une langue de Molière maitrisée à la perfection que Rosemarie se met a nu, se livre à nous. Et on a hâte d’entendre d’autres choses aussi douces.

Elle est à découvrir sur scène en décembre en première partie de Pomme si le Covid-19 le permet, et autrement dès la réouverture du monde de la musique.

[CLIP] Dans la lune comme Félix et Sazrah

Bienvenue dans l’univers parallèle de Félix et Sazrah.

Ils passent de la Terre à la Lune en embarquant avec eux une touche de Thomas de Pourquery. Mais là n’est pas là question. Avec Coffee Rocket, on met la vie sur pause le temps d’un instant. Et je pense que la sortie du clip tombe parfaitement bien, pendant ces temps difficiles.

Un café peut arrêter le temps.

Sa couleur hypnotise, sa chaleur rassure, son goût et son odeur nous transportent ailleurs. Le café vient altérer notre perception du monde et Coffee Rocket est une vision parmi d’autres.
C’est un voyage de quatre minutes où tu es projeté(e) dans un clip aux mille couleurs, entièrement fait à la main. Comme ça fait du bien de lâcher prise.

En collaboration avec Jérémie Charrier