[INTERVIEW] Nikiajnae, princesse du R&B de Houston à Paris

Elle vient de Houston, est inspirante et talentueuse. C’est probablement la relève du R&B. Ayant pour influences les Destiny’s Child ou encore Erykah Badu, Nikiajnae a un avenir prometteur dans la musique.

En juin, son single et clip « 6AM » sont sortis sur internet. Elle, et son travail méritaient d’avoir une petit place sur Musicaléomentvotre.

 

Rencontre avec Nikiajnae, future princesse du R & B.

 

Musicaléomentvotre : Nikiajnae, c’est qui ?
Nikiajnae : Je m’appelle Nikiajnae. Je viens de H Town ! Houston Tx baby ! Je travaille à plein temps et j’ai décidé de poursuivre une carrière musicale, bien sûr.

M : Quelle relation entretiens-tu avec la musique ?
N : Ma relation avec la musique est… très profonde. La musique est vraiment ma meilleure amie, et elle est avec moi dans tout ce que je traverse dans la vie. Je me spécialise en R&B mais j’adore écouter et expérimenter dans différents genres. Les gens sont parfois même étonnés de voir ce que j’écoute.

M : Qu’est-ce que tu écoutais plus jeune ? Quel(le)s sont les artistes qui ont retenu ton attention et qui t’influencent maintenant ?
N : Lorsque j’étais plus jeune, j’écoutais de la musique comme si j’étais née dans les années 70, mais j’étais aussi à jour.
 Ah ! Whitney Houston, Stevie Wonder, The Temptations. Et puis bien sûr, j’étais coincée dans ma chambre à écouter les Destiny’s Child, Ciara, Chris Brown, Fantasia… Certains artistes que je suis en ce moment sont… H.E.R., son authenticité est tellement addictive et elle reste fidèle à elle-même. Egalement Jasmine Sullivan et son ton chaleureux !
Je dirais que tout ce que j’écoute ajoute différents éléments à ce que je créer mais Erykah Badu m’influence le plus. Elle me donne envie d’être le plus ouverte possible dans mon écriture ! Je peux littéralement faire une chanson sur n’importe quoi, que ce soit les céréales que je viens de manger et comment je me sens, ou bien transformer ma dépression en une fleur pour fleurir en quelque chose.

M : Qu’est-ce qui te donne envie d’écrire ?
N : Ecrire, c’est comme une guérison pour moi
. On me dit parfois que je m’exprime mieux lorsque j’écris. Parfois, mon TDAH (ndlr : trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité) peut me faire tourner en rond tout autour de ce que j’essaie de dire parce que je pense à beaucoup de choses en même temps. Quand je prends un stylo ou mes notes dans mon téléphone, c’est tout emballé. Je suis dans une génération qui n’exercera pas souvent de représailles contre ses émotions au lieu de s’asseoir et d’en prendre conscience. Je leur conseillerais d’écrire…peindre…danser. N’importe quoi. Guérir.

M : J’ai vu qu’on peut souvent t’entendre et te voir à Houston. Que t’apportent toutes ces expériences ?
N : C’est sauvage ! Ce que je veux dire par là, c’est que c’est littéralement quelque chose de nouveau à chaque fois. Parfois, j’en sais plus sur moi-même une fois que je suis hors de la scène. Être là-haut est bon pour moi. C’est là que je suis vraiment moi-même. Savoir aussi que les gens me ressentent est une expérience merveilleuse. Même aller à des endroits pour écouter d’autres artistes est quelque chose que j’aime, même si je ne fais pas de performance. J’apprends des autres, tout comme ils peuvent apprendre de moi. J’adore la musique. Point final.

M : Tu as sorti 6AM plus tôt dans l’année, accompagné d’un super clip sensuel. Que peux-tu me dire sur ce titre ? 
N6AM est basé sur une conversation que j’ai eu avec une personne que j’aimais à l’époque. Nous n’avions pas parlé depuis un moment et c’était tellement d’émotions qui sont sorties de cette conversation, qu’il s’agisse de manque ou de désir l’un pour l’autre, de colère, de ressentiment, de tension, de paix. Toutes ces choses différentes étaient liées et ça s’est terminé à 6 heures du matin. Ce que je voulais exprimer tout au long des paroles, c’était la réalité de l’amour et qu’il ne faut pas rester à la surface. Tout le monde parle toujours de la douleur de l’amour, de l’adorable colombe, des papillons, de l’amertume, mais toutes ça arrive littéralement en même temps. Ça devient inconditionnel. À la fin, où je répète « Don’t change », c’est que peu importe ce qui se passe à la suite de cette dernière conversation, j’espère que tout guérit et ne perd pas son identité.

M : Penses-tu qu’en 2019, l’art de la musique peut changer le monde dans lequel nous vivons ? Comment aimerais-tu voir les choses évoluer ?
N : Je crois que c’est certainement le cas. Mais je pense que ce qui compte aussi, c’est que les artistes qui produisent la musique utilisent leur plateforme pour le faire. Je veux voir la vraie musique revenir ! Le genre de musique qui vous fait ressentir quelque chose, non seulement à cause du rythme mais aussi à cause des paroles, des mélodies. Aujourd’hui, les gens n’écoutent plus les albums, ils écoutent juste un pèle-mêle de singles, et appellent ça un album.

M : Tu excelles dans le milieu R&B. Comment la Femme t’inspire pour écrire tes textes, composer ta musique ?
N : J’essaye d’être la plus franche possible ! Les femmes veulent encore aujourd’hui être « vues et non entendues », mais nous avons tant de connaissances et nous traversons tant de choses, pourquoi ne pas laisser le monde nous entendre rugir ? Si je décris comment une femme se sent quand elle est heureuse, je vais probablement faire monter mes notes, mais j’aurai aussi quelques mélodies basses pour décrire l’amertume derrière elle. Je m’inspire des choses que nous traversons et je les exprime à travers tous les éléments.

M : En tant que femme toi-même, quelle est ton opinion sur la place des femmes dans la musique en général, mais aussi et surtout dans le secteur du R & B ?
N : Nous devons faire dix fois plus, tout le temps. En ce moment, je peux dire que les femmes prennent la relève, de Meg the Stallion, Lizzo, H.E.R., et la liste pourrait continuer. Si nous nous spécifions dans le genre R&B, j’ai l’impression que dans un sens notre identité se perd. Nous sommes passées de sons R&B aux arrangements Pop.

M : Quels conseils pourrais-tu donner à des jeunes femmes qui aimeraient se lancer dans une carrière musicale ?
N : S’il vous plaît : aimez-vous, et assurez-vous que vous savez qui vous êtes.
Si vous ne savez pas qui vous êtes, cherchez-vous dans votre musique. Cependant, comme je l’ai dit, AIMEZ-VOUS !

M : Nous arrivons à la fin de cette interview, et je suis ravie que tu ai pris le temps de répondre à mes quelques questions. Tu veux put-être rajouter quelque-chose ?
N : Wow, que puis-je dire ? De Houston, au Texas, jusqu’à PARIS ! Je te remercie pour m’avoir accueilli. Wow ! Suivez moi sur Instagram (@nikiajnae)… et souvenez vous qu’il faut toujours donner de l’AMOUR !

56757294_831208497247377_4689662854788284416_n

Un petit commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :