[CLIP] Tomasi, de son peignoir vêtu

 

(Presque) découvert sur la scène de La Java le 25 avril dernier (⤑ 105, rue du Faubourg du Temple, 75011), je peux dire que le grand Tomasi, vêtu de son peignoir rouge m’en a mis plein les yeux. Sans évidemment, vouloir faire de jeu de mot. Bref

Tomasi, c’est un combiné de rap fragile et de chanson musclée, de déboires et d’espoir, de la jeunesse et de l’âge adulte. C’est un mélange tant de King Krule que d’Odezenne, avec un brin de Gaël Faye selon moi. C’est un ado qui ne vieillit pas, qui parle de son quotidien de façon originale.
Avec lui, rien n’est à prendre au 1er degré, et c’est ça qu’on aime : raconter des histoires sans se prendre au sérieux mais tout en abordant des sujets qui nous concernent tous, nous, jeunes ou aînés.

Tomasi est même capable de te faire danser, chaque matin quand tu émerges, notamment avec « Happy Ending », qui fait sans doute partie de mes titres favoris de ce personnage.

Cependant, aujourd’hui on se retrouve sur Musicaléomentvotre pour parler nouveauté.
C’est mercredi 22 mai, à 19H00 très précisément, que Tomasi a sorti son tout nouveau clip, « Du S****e sur le peignoir ». C’est le premier titre ET le premier clip de son second EP intitulé « Somnambule« , à paraître à la rentrée prochaine (oui c’est loin, mais le temps passe vite, non ?).

« Du S****e sur le peignoir« , c’est un titre qui claque et que tu ne pourras pas oublier de suite, de part son nom « osé » et par sa composition, le tout couronné par un super clip où s’entremêlent images et différentes ambiances.
A la première écoute, tu ressembleras peut-être à ce gif, ou à celui-ci… mais crois-moi sur parole, Tomasi est déjà dans le futur.

Pour résumer, le mec a débarqué directement en 2020 sans nous prévenir, et nous montre à quel point il est doué et imprévisible. Nous ne sommes pas au bout de nos surprises, et je n’ai jamais autant attendu la rentrée…

1er EP « Astronef » (2017)

Site officielYouTubeFacebookInstagramSoundcloud

56757294_831208497247377_4689662854788284416_n

[LIVE] La fête d’Entropie @ L’Alimentation Générale

L’entropie mesure le désordre, Entropie l’étudie et le répand. Cette définition colle bien à Valentin, Adam, Bertrand et Loan qui sont à la fois scientifiques et bordéliques.
La concrétisation de ce travail explose ensuite sur scène où tout le monde se doit de festoyer et de recevoir l’énergie qui se dégage des chansons.

Et festoyer, c’est ce qu’il s’est passé ce jeudi soir. En réunissant Sahel Ménilmontant,  Yolamif, Entropie et SUB37, L’Alimentation Générale en a vu de toutes les couleurs et a pu danser jusqu’à la moitié du bout de la nuit.

C’est Sahel Ménilmontant et sa superbe afro-groove qui, sur les coups de 21H, a lancé le show. Entre rythmes endiablés de musique traditionnelle sénégalaise et sonorités contemporaines des instruments occidentaux, Musicaléomentvotre peut te confirmer que l’expression « On se croirait en vacances » prenait tout son sens.
Cette musique, qui ouvrait le bal, te fait voyager et te fait oublier que tu n’es que dans le 11e à Paris. Sur scène comme dans le public, on est bien et on ne veut pas que ça s’arrête. Sahel Ménilmontant, ce n’est que des good vibes et de la positivité. Des sourires et de la danse. Et ça fait du bien.

Et puis arrive la folie rock, la folie parisienne, les excellents quatre gars d’Entropie. Après une bière, la vérification des amplis et quelques sourires destinés aux groupies dans le public, ils sont fins prêts. La salle s’est remplie entre temps, et on attend le « 1, 2 et 1, 2, 3, 4 » de Loan.
Tout le monde connait les paroles de The Deputy, leur dernier titre qui ouvre le show. Pendant tout le set, ça chante et ça danse, l’énergie chez Entropie est communicative et on la retrouve jusqu’au bout de la salle, du côté des barmans qui ne le montrent peut-être pas, mais font partie des gens que l’ont voit bouger au loin, sur la trap, la pop, le rock ou encore les influences électroniques d’Entropie.

Musicaléomentvotre voyait pour la première fois Entropie sur scène, bien que leurs titres passent inévitablement dans ses écouteurs un peu chaque semaine. J’aurai aimé pouvoir comparer ce live là avec les précédents histoire de constater leur progression mais…
… que dis-je. Je sais très bien qu’encore une fois, ce jeudi soir et comme d’habitude, ils se sont donnés au maximum. Qu’ils iront toujours plus loin dans ce qu’ils font, et que leur énergie débordante restera telle qu’elle est, après un, deux ou quarante concerts. Alors comme chaque personne à L’Alimentation Générale, j’ai profité du moment qui se présentait à moi en chantant The Deputy ou encore Epicure. Et c’était vraiment c o o l.

Ce soir là, il y avait également Yolamif et SUB37.

Yolamif, c’est un mélange dit « schizophrène » d’une multitude d’influences, passé juste après Sahel Ménilmontant. T’imagines ce genre de transition ?
Là encore, on a profité et dansé sur quelques riffs endiablés. Yolamif dégage un certain groove bouillant fort sympathique, il faut le dire. Entre jazz, un brin de techno et du rock, on ne peut d’après moi qu’apprécier.

Puis sur les coups de minuit, a débarqué le duo SUB37, un mélange de rouge et de noir, d’un groove parfois afro, d’autrefois sous acid. Tout s’entremêle afin de te faire taper du pied jusqu’à la fin de ta soirée. Je me souviens de gens qui dansent et qui rient, je me souviens que la fin de la nuit paraissait si lointaine. Que c’était excellent et que ça fait du bien de ne pas se soucier du temps qui file sous nos doigts.

C’était la fête à L’Alimentation Générale.

À NOTER :
Yolamif le 16/05au Barboteur (⤑ Place de la Pointe, 93500, Pantin)
SUB37 le 23/05à L’International (⤑ 5, rue Moret, 75011)
Entropie le 14/06 à L’International (+Faye Valentine ⤑ 5, rue Moret, 75011)
Merci Norma Kassem pour les photos

Capture d’écran 2019-05-11 à 10.54.25

 

[ALBUM] L’été avec Panache!

Révélés sur scène après avoir remporté haut la main le prix Emergenza 2018, le 3ème prix Emergenza International 2018 et le Lauréat Sorbonne live 2019, où ils ont eu la chance de remporter 3 prix, Panache! débarque avec un premier EP.

Mi-Parisiens mi-Dijonais, Amy, Filex, Myssa, Pigar et Roulik n’ont qu’une seule mission : vous faire danser avec panache. Une pop cocktail, teintée de funk, de rock et d’électro qui tombe en ce début de période estivale afin de faire venir les beaux jours à nous.

L’EP s’annonce audacieux dès l’intro avec Momemtum, morceau instrumental, et te plonge en une fraction de seconde dans l’univers de Panache!. Dès lors, tu t’imagines la suite des titres, solaires, dansants et remplis de good vibes only.
Suis le titre The Witch qui reste en boucle dans ta tête pendant tout le trajet sur la ligne 4. C’est groovy, funky et confirme que le reste de l’EP le sera tout autant.

Panache! ne nous réserve que des belles surprises auditives.

Océan et son clip sorti il y a moins d’un mois arrivent ensuite et n’en finit plus de nous faire bouger sur des airs un brin plus disco qu’au début de l’EP.

Seul single déjà disponible auparavant et sorti à l’été 2018, Magnetic déménage et rentre instantanément dans nos têtes et nos playlists ! Mise en situation : vendredi matin, 9H34, dans les couloirs qui sentent bon le fauve à Gare du Nord. Escalators en panne, encore une fois. Et là, rayon de soleil avec le bon vieux Magnetic. Ton bassin qui bouge, ton sourire radieux qui réapparaît. Toi qui pensais passer une journée pas terrible, remercie les bons Panache! de te faire relativiser à propos des prochaines heures.

Que demande le peuple ?

Tu arrives ensuite au bureau avec le mélancolique et dernier morceau Candélabre, qui a un côté plus rock et qui referme l’EP de la plus belle des manières.

Un équilibre parfait entre des morceaux français et anglais, l’EP surprend de manière positive et s’enchaîne de façon fluide pendant les 23 minutes d’écoute. Raoul donne le côté funky qu’on aime tant, Samuel et Félix livrent un groove des plus maîtrisés.

Après l’écoute de cet album, tu te diras surement que tu vas écouter Panache! pendant toute la période estivale, mais aussi qu’ils ont encore plein de choses à nous montrer. Car comme le dit si bien Grégoire B.,

C’est un groupe à succès et à streamer fort.

Un premier EP des plus réussis, de l’amour à revendre et une bonne humeur communicative, nul doute qu’on entendra parler de Panache! dans les semaines et les mois à venir. D’ailleurs, j’ai entendu dire qu’ils préparaient une très très grosse release party à Paris en octobre… affaire à suivre.

Aucune description de photo disponible.

 

 

youtube / facebook / instagram